Conseil de voyage: LA PLANIFICATION = Réfléchir et faire des choix

May 29th, 2009 Posted in La planification d'un Voyage | no comment »

La première étape d’un voyage réussi est celle de la planification. C’est l’étape où, avant de commencer les préparatifs proprement dits, vous établirez les grands paramètres du voyage : le genre de voyage que vous souhaitez faire, le choix d’une destination, la période de l’année idéale pour visiter le pays choisi, la décision de voyager seul, avec un(e) ami(e), un autre couple ou même avec vos parents et bien entendu le budget disponible.

 

Cette étape est essentielle et demande beaucoup de réflexion car c’est aux décisions qui y seront prises que vous vous référerez constamment lors de l’étape suivante : celle des préparatifs. Si vous l’escamotez ou si vous n’y apportez pas suffisamment de réflexion, vous serez souvent en bute à des interrogations et obligés d’y revenir durant les préparatifs. Vous risquez également d’oublier certaines choses lors des préparatifs, et ainsi ne pas obtenir les résultats attendus durant le voyage.

 

Cette étape des plus excitante doit commencer plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant les préparatifs et le départ. Et vous aurez à trancher, à faire des choix, pas de doute. Lancez-vous, vous allez découvrir que c’est drôlement agréable.

Noël à l’étranger

Dec 9th, 2008 Posted in Conseils aux voyageurs | no comment »

Voyage pendant Noel au Sri-Lanka

Cette année, nous restons au pays. Nous fêterons Noël avec nos proches. Voilà presque 15 ans qu’un Noël sur deux, nous sommes à l’étranger, qu’un Noël sur deux, nous ne sortons pas les décorations de Noël, ne faisons pas de sapin et nous ne participons pas aux réjouissances de cette Fête, quittant le pays avant le grand boum et ne revenant qu’une fois toute l’affaire terminée.

 

Hier soir, en faisant le sapin de Noël avec mes filles, alors qu’une belle musique de Noël se faisait entendre, je m’arrêtai un instant pour fixer le moment. Avec une grande fille de bientôt 16 ans et une autre qui sera au secondaire l’an prochain, il est certain que les Noëls changent, qu’ils se transforment en quelque chose que nous ne pouvions imaginer lorsque nous avions des « bébés, de jeunes enfants ». La façon d’offrir des cadeaux change aussi. Il est loin le temps où nous choisissions tous les cadeaux selon nos critères et notre enthousiasme du moment. Aujourd’hui, il faut en parler aux intéressées, il faut s’entendre, négocier. Il y a les amis et les amoureux qui doivent aussi être pris en compte maintenant dans la planification des vacances de Noël.

 

Lorsque nous choisissons d’être à l’extérieur, rien de tout cela n’existe. En quittant première ou deuxième semaine de décembre pour ne revenir que 6 ou 8 semaines plus tard, mi ou fin janvier, il est évident que les enfants, comme nous, sommes très peu exposés au temps des Fêtes. En ce qui nous concerne, c’est mieux comme ça. On ne sort aucune décoration. On ne fait pas accroire cependant qu’il n’y a pas de fête de Noël cette année-là, on explique plutôt aux enfants que pour ce Noël, nous avons choisi une autre façon de fêter, que le cadeau que nous nous faisons c’est ce voyage, cette aventure. Il est très clair que cette année-là, il n’y a pas de cadeaux, ou plutôt que le cadeau c’est le voyage. Il va sans dire qu’une partie du plaisir est – pour nous les parents – d’échapper à la frénésie du temps des fêtes : magasinage, consommation, etc. J’irais même jusqu’à dire que Noël une année sur deux c’est vraiment bien. Cette année-là, on reste à la maison, on visite les proches, on fait un sapin et on fête pour vrai…….sachant que très probablement l’année suivante nous serons absent.

 

Lorsque l’on décide de partir au loin à Noël, le choix d’un pays à religion catholique comme le Mexique et presque toute l’Amérique centrale et du sud, l’Allemagne, la Suisse, etc. est excellent pour ceux ou celles qui voudraient voyager et continuer à vivre l’effervescence de Noël. Ces pays sont très pratiquants. Jamais je n’oublierai, à Oaxaca au Mexique, la merveilleuse parade de chars allégoriques, dans la ville, représentant chacun un moment de la vie du Christ ou de la nativité. Toutes les églises étaient ouvertes et « en fête » c’est le cas de le dire. Noël était très proche de nous malgré le fait que nous nous trouvions au loin. En Allemagne, les orgues de barbarie et le merveilleux vin chaud et sucré agrémenté de musique de Noël allemand et ce superbe village tzigane composé de roulottes où on vendait de l’artisanat ont su nous faire découvrir comment ce peuple fête la Noël.

L’Espagne, avec ses innombrables cathédrales et son peuple très pratiquants doit aussi dégager une belle ambiance des fêtes.

Voyager en famille: Voyager avec un nouveau-né (0 à 6 mois)

Dec 4th, 2008 Posted in La planification d'un Voyage avec enfants, La santé en voyage avec des enfants | no comment »

Les six premiers mois de vie du nouveau-né constituent une excellente période pour voyager avec lui. L’enfant dort n’importe où, il ne risque pas de tomber de son lit et peut même être couché sur un divan ou sur deux chaises placées face à face. 
 

Au Myanmar, Victoria, 3 mois, a dormi plusieurs nuits dans des tiroirs de bureau. C’était très confortable et les rebords nous assuraient qu’elle ne roulerait pas pendant la nuit. Le nouveau-né n’est pas sujet au décalage horaire, puisqu’il boit toutes les trois ou quatre heures. Et s’il est allaité, il se trouve alors au meilleur de son immunisation naturelle. Il ne mange pas encore de nourriture solide, ne boit pas d’eau, donc pas de biberons à traîner ou à stériliser, et pas de purées à préparer. Voyager avec de si jeunes enfants requiert cependant beaucoup d’équipement : couches, serviettes humides, pyjamas, etc. Mais entre 0 et 6 mois, il est encore possible de s’en tenir à un minimum acceptable. Après, cela prend des proportions astronomiques. Profitez de cet âge béni parce que c’est probablement le seul moment dans la vie de l’enfant où vous pourrez visiter un musée ou une cathédrale sans vous presser et où vous n’aurez ni à argumenter ni à marchander votre temps.

 

 

Du côté des contre, l’anxiété des parents est souvent à son comble avec un si jeune enfant, surtout si c’est un premier. Sans parler de ce que les grands-parents vous auront transmis avant le départ comme peur, angoisse et culpabilité. L’enfant s’ajuste encore à sa nouvelle vie et son rythme n’est pas encore bien établi. Il ne peut pas non plus vous dire ce qui ne va pas ou ce qu’il ressent. Il ne fait pas encore ses nuits et peut risquer de déranger les voisins si vous êtes descendus dans un de ces petits guest houses en bambou où l’insonorisation.