Le Sri Lanka et son peuple souffrent !

Feb 18th, 2009 Posted in Conseils aux voyageurs | no comment »

Lorsqu’on a visité un pays et qu’on l’a beaucoup aimé, on

144

reste attaché à son

peuple et au destin de celui-ci. En 2002 / 2003 ma famille et moi avons passé de merveilleux moments à découvrir cette île enchanteresse. Des plantations de thé aux plages spectaculaires en passant par les montagnes, les tortues de mer et les temples bouddhistes disséminés à travers toute l’île, le Sri Lanka nous a fait vivre une belle et grande expérience en famille.

Mais en ce moment le pays et son peuple souffrent.

Au Sri Lanka, la plus longue guerre civile de l’Asie continue et pourrait bien se terminer rapidement, mais, bloqués dans la grande violence des batailles finales, bien des civils sont actuellement en danger. Au cours du dernier mois, des centaines de personnes ont été tuées et beaucoup plus ont été blessées. Même la « zone sécuritaire » désignée par le gouvernement s’est transformée en un piège mortel.

La guerre au Sri Lanka a été appelée le « conflit oublié ». Or, si plusieurs d’entre nous exhortons les dirigeants américains, européens, japonais et autres à exercer de fortes pressions sur les opposants, nous leurs démontrerons que nous n’avons pas oublié que des vies sont en jeu

et nous ferons de leur protection une priorité diplomatique. Cliquez ici pour envoyer un message dès maintenant :

http://www.avaaz.org/fr/sri_lanka_civilians

Conseils pour voyageurs: Le plaisir de voyager avec les services d'une voiture avec chauffeur

Jan 2nd, 2009 Posted in Conseils aux voyageurs, Sur la route en voyage, Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

La voiture avec chauffeur 

Ça peut sembler un peu snobinard sur les bords et a195

bsolument antisocial dans un contexte nord-américain, mais dans plusieurs pays d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud, c’est quelque chose de courant et les chauffeurs se bousculent pour vous proposer leurs services.

 

La voiture avec chauffeur peut s’avérer des plus agréable : un plaisir qui nous simplifie la vie et nous permet de voir du pays tout en respectant notre rythme. Avec un chauffeur, vous pouvez arrêter où bon vous semble et vous n’avez jamais à chercher votre chemin. Si vous avez la chance de tomber sur un bon père de famille, celui-ci prendra soin de vous, respectera vos exigences et facilitera les contacts avec les gens du pays. Il est là lorsque vous en manifestez le besoin et il se volatilise quand vous n’avez pas besoin de ses services. Il peut vous suggérer des hôtels ou de bons petits restaurants peu dispendieux, fréquentés par la population locale. Mais avant de prendre votre décision de prendre un chauffeur privé, il faut vous poser les questions suivantes : Est-ce que j’ai réellement envie de conduire ici ? Est-ce qu’il y a des cartes routières pour que je puisse bien m’orienter ? Le prix avec chauffeur est-il beaucoup plus élevé ? Ai-je envie d’avoir un étranger avec nous dans la voiture pendant 5 ou 10 jours ?

 

Extrait de mon journal

Sri Lanka, Anuradhapura, 2002

Une suite de coïncidences nous a ramené Vimale, le chauffeur que nous avions en tête. Niranjan, notre jeune et si gentil conducteur de Tuk tuk, aurait tellement voulu avoir le contrat de nous conduire pendant neuf jours à travers le Nord du Sri Lanka. Son manque d’expérience a joué contre lui. Vimale opère sa petite mini-van depuis 20 ans et il sera à même de beaucoup mieux nous conseiller que Niranjan, qui en aurait été à sa première expérience sur les grandes routes. J’avais eu un très bon feeling avec cet homme de 50 ans lorsqu’il nous avait cueillis à la gare d’Anuradhapura. Il était calme et il nous avait tout de suite demandé un prix juste pour sa course jusqu’à l’hôtel. Il m’avait donné rendez-vous le lendemain soir pour discuter de prix et de trajet mais je ne l’avais pas revu. J’ai appris par la suite que sa grande fille de 14 ans faisait son entrée dans sa vie de femme et qu’il avait été retenu par la cérémonie qui avait entouré cet heureux événement. Le temps pressait pour trouver un bon chauffeur et je n’avais pas confiance en notre conducteur de tuk tuk. J’avais confiance en l’homme, mais pas en l’expérience de ce jeune garçon de 24 ans. Pour parcourir les routes du Sri Lanka pendant neuf jours, je voulais quelqu’un d’expérience. Et, comme par magie, Vimale est réapparu hier après-midi, alors que nous nous promenions en ville. Il est intéressant de voir, de sentir, d’être attentif aux signes qui placent les bonnes personnes sur notre chemin. C’est vraiment fantastique de regarder la vie opérer devant soi et de répondre positivement aux bons signes et aux bonnes personnes.

 

 

Extrait de mon journal de bord

Jan 2nd, 2009 Posted in Extrait de mon journal de bord. | no comment »

Extrait de mon journal

Sri Lanka, Nuwara Eliya, 2002

Nous voici donc, en ce jour du 31 décembre 2002, installés dans un magnifique hôtel – c’est une ancienne factorerie de thé rénovée et transformée en hôtel- La vue de notre chambre sur les plantations de thé est magnifique. On doit ce séjour ici à un magistral coup de tête. En effet, rien ne nous laissait croire, quittant notre p06

etit guest house à Ella, ce matin, que nous nous retrouverions ici le soir venu. Toutes nos affaires sont d’ailleurs restées à Ella. Nous n’avons même pas une brosse à dent. Mais après avoir visité le superbe site de Horton’s Plain, alors que nous nous dirigions vers cet hôtel dans l’unique but d’y casser la croûte et de repartir ensuite, j’ai eu l’idée un peu folle de m’informer s’il y avait des chambres de libre. Dans ce superbe hôtel, gagnant d’un prix pour la qualité de sa transformation de factorerie de thé en hôtel, je me disais que nos chances devaient être bien minces. Notre chauffeur ayant son propre cellulaire (Hé oui ! la technologie est partout) il nous fut aisé de nous renseigner. Coup du hasard, il restait une chambre assez grande pour nous accueillir tous. Non seulement cela nous évitait le long trajet de retour (deux heures et demi) jusqu’à Ella, mais l’assurance d’un bon souper et d’un joyeux party du Nouvel An nous était très agréable. Marie-Chantal fut enchantée par ma proposition. La liberté qu’offre le transport avec chauffeur nous a rendu possible ce revirement soudain.

Extrait de mon journal

Dec 20th, 2008 Posted in Extrait de mon journal de bord. | no comment »

Sri Lanka, Anuradhapura, 2002

Une suite de coïncidences nous a ramené Vimale, le chauffeur que nous avions en tête. Niranjan, notre jeune et si gentil conducteur de Tuk tuk, aurait tellement voulu avoir le contrat de nous conduire pendant neuf jours à travers le Nord du Sri Lanka. Son manque d’expérience a joué contre lui. Vimale opère sa petite mini-van depuis 20 ans et il sera à même de beaucoup mieux nous conseiller que Niranjan, qui en aurait été à sa première expér26

ience sur les grandes routes. J’avais eu un très bon feeling avec cet homme de 50 ans lorsqu’il nous avait cueillis à la gare d’Anuradhapura. Il était calme et il nous avait tout de suite demandé un prix juste pour sa course jusqu’à l’hôtel. Il m’avait donné rendez-vous le lendemain soir pour discuter de prix et de trajet mais je ne l’avais pas revu. J’ai appris par la suite que sa grande fille de 14 ans faisait son entrée dans sa vie de femme et qu’il avait été retenu par la cérémonie qui avait entouré cet heureux événement. Le temps pressait pour trouver un bon chauffeur et je n’avais pas confiance en notre conducteur de tuk tuk. J’avais confiance en l’homme, mais pas en l’expérience de ce jeune garçon de 24 ans. Pour parcourir les routes du Sri Lanka pendant neuf jours, je voulais quelqu’un d’expérience. Et, comme par magie, Vimale est réapparu hier après-midi, alors que nous nous promenions en ville. Il est intéressant de voir, de sentir, d’être attentif aux signes qui placent les bonnes personnes sur notre chemin. C’est vraiment fantastique de regarder la vie opérer devant soi et de répondre positivement aux bons signes et aux bonnes personnes.

Les dangers du soleil

Dec 18th, 2008 Posted in La santé en voyage avec des enfants | no comment »

Le soleil peut tuer, ce n’est plus une légende urbaine, mais la triste réalité. Les enfants sont les plus à risque et les dommages causés pendant l’enfance (de 0 à 20 ans) sont les plus dommageables. Si on passe la journée à l’extérieur, les dermatologues recommandent d’appliquer un écran solaire toutes les deux heures. Souvenez-vous aussi que l’écran solaire doit être appliqué de 15 à 30 minutes avant l’exposition au soleil.

Une crème avec un indice de 15 FPS est un minimum. Un FPS 15 bloque environ 93 % des rayons UVB, un FPS 30, 96 % et un FPS 60, 98 %. On devrait se protéger même quand le ciel est nuageux, puisque 80 % des rayons ultraviolets peuvent traverser les nuages. Il est bon de porter une attention particulière au visage, la région où se développent le plus de cancers de la peau. Certaines zones comme les oreilles, le nez, la ligne des yeux et des cheveux et le tour de la bouche sont souvent oubliées au moment de l’application, ou mal protégés parce que la quantité de crème est insuffisante. Un parasol offre un bon abri contre les rayons du soleil, mais il ne peut pas bloquer ceux qui sont réfléchis par les surfaces qui nous entourent. Par exemple, l’eau, le béton et l’asphalte peuvent réfléchir jusqu’à 10 % des rayons ultraviolets, le sable 18 % et la neige 88 % !

C’est pourquoi il est recommandé d’utiliser un écran solaire, même si l’on est à l’ombre.

Au Myanmar, nous avions négligé d’appliquer de la crème solaire à Victoria, qui avait 3 mois à ce moment-là. Elle était habillée de vêtements qui couvraient entièrement son corps et elle dormait dans un petit lit couvert d’une moustiquaire sous un parasol à environ 10 mètres d’une piscine. En l’espace de 30 minutes, elle a eu un coup de soleil au visage. On a eu notre leçon, ça je peux vous le dire… Certains médicaments comme les anti-inflammatoires, les antibiotiques et les antidépresseurs risquent d’augmenter notre sensibilité au soleil. La liste est longue. Le mieux est de se renseigner auprès de notre médecin ou de notre pharmacien si on prend des médicaments.

Il n’y a pas que la peau qu’il faut protéger contre le soleil, il faut aussi protéger les yeux. Il est très important que chaque membre de la famille ait des lunettes de soleil de qualité avec les indices UV et UVB. Rosemarie avait des lunettes françaises Vuarnet

pour enfant pour parcourir l’Himalaya avec nous, en 1995. En altitude, le soleil est encore plus fort et, s’il y a de la neige, il peut être carrément impossible d’ouvrir les yeux tellement l’éblouissement est fort. En terminant, une fausse croyance populaire veut qu’avant un voyage dans le sud ou en début d’été, il soit avisé de préparer notre peau à une exposition prolongée au soleil en s’exposant graduellement au soleil ou en fréquentant un salon de bronzage pour obtenir un léger hâle. Sachez qu’une peau bronzée ne protège pas contre les effets néfastes des rayons UV. Toute exposition aux rayons UV, en salon ou à l’extérieur, de façon graduelle ou intensive, cause des dommages à la peau.