Voyager avec des enfants. Le Mexique en famille

Nov 6th, 2014 Posted in La planification d'un Voyage avec enfants | Comments Off

Lors d’une récente consultation voyage je discutais sécurité avec une mère qui s’apprête à partir avec ses 3 enfants pour un grand voyage de deux mois en Amérique du Sud. Et je ne sais pourquoi mais cette anecdote de voyage m’est revenue à l’esprit.  Même après toutes ces années elle est encore bien vivante dans mes souvenirs.   Un mauvais souvenir en fait, qui n’a eu aucune conséquence fâcheuse mais tout de même qui laisse des traces.

09

Extrait de mon Journal de bord: Mexique

Mexique, San Cristobal de las Casas, 2000

Michel (Rosemarie, 7 ans, et Victoria, 3 ans)

J’ai eu peur, aujourd’hui. Peur pour la première fois depuis que

je voyage avec mes enfants. Nous marchions dans le petit village

de San Juan de Chamula, un joli village à 11 kilomètres de

San Cristobal, composé presque uniquement d’Indiens Tzotzil.

Nous savons l’endroit un peu « chaud », nous sommes en effet

au coeur du Chiapas et le révolutionnaire zapatiste Marcos est

en ce moment même en route pour la capitale afin de rencontrer

le président Vicente Fox. Victoria était sur mes épaules et

Rosemarie marchait 100 mètres en avant de nous. Nous étions

à l’extérieur du village, dans la montagne, sur une petite route

de terre battue. Rose allait croiser une maison sur sa droite

lorsqu’une grosse auto noire nous a dépassés et s’est arrêtée

devant la maison, à la hauteur de Rosemarie. La chose s’est

faite très vite et, je l’avoue, je n’ai même pas réagi. Un homme

est descendu de la voiture et a saisi Rosemarie par le bras, la

porte de la voiture était ouverte, il m’a regardé en souriant avec

un air qui voulait dire « tu vois comme ça serait facile, tu devrais

faire plus attention » et il a disparu dans la maison, laissant là

Rosemarie, qui n’avait même pas eu le temps d’avoir peur. Ouf !

37

Les dangers réels de la baignade en voyage avec des enfants (1 de 2)

Apr 3rd, 2009 Posted in La santé en voyage avec des enfants, Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

Avec l’eau, il n’y a souvent pas de seconde chance.

En Amérique du Nord, nos lacs et nos rivières n’abritent, pour ainsi dire, aucun animal dangereu55

x pour le baigneur. Ces mêmes lacs et rivières étant, pour la majorité, relativement propres, nous ne sommes pas davantage habitués aux maladies infectieuses que l’eau peut transmettre. La mer et le danger des vagues ne faisant pas davantage partie de notre quotidien, parents et enfants sont des néophytes en la matière.  Rien de surprenant donc à ce que notre degré de vigilance sur ces points ne soit pas très élevé. Mais, selon l’endroit visité, la baignade peut nous exposer à des dangers bien réels. Le mieux est de toujours s’informer auprès des gens qui habitent sur place et de pouvoir ainsi recouper l’information contenue dans notre guide voyage.

 

En général, les consignes de sécurité émises dans un livre de voyage concernant une plage sont vraies. N’oubliez pas que 5 % des décès qui surviennent à l’étranger sont dus aux noyades. Le danger vient souvent du ressac des vagues, qui nous éloigne du bord et qui nous amène au large sans que nous n’y prenions garde. Certaines plages aux vagues gigantesques rendent la baignade carrément hasardeuse, surtout pour de jeunes e97

nfants qui peuvent être aspirés très facilement par une vague qui se retire. Lors de notre voyage au Mexique, nous avons opté pour un séjour sur les plages de la mer des Caraïbes par opposition aux plages de la côte du Pacifique, juste à cause des vagues qui étaient beaucoup moins fortes de ce côté. Avec deux jeunes enfants, ce choix en était un de tranquillité d’esprit.  Au Sri Lanka, sur certaines plages, la baignade n’ était tout simplement pas possible.

Voici un extrait de mon journal de voyage

Sri Lanka, Hikkaduwa, 2002

(Rosemarie, 9 ans, et Victoria, 5 ans)

Deuxième journée. Rosemarie a déjà perdu le masque et le tuba de plongée sous-marine que nous avions apportés de la maison. Une grosse vague lui est tombée sur la tête et… plus de masque ! Davantage de peur que de mal mais… vigilance, vigilance. Les vagues sont très fortes, d’ailleurs, et nous ne pouvons relâcher notre surveillance d’une minute. En plus, les filles ne sont pas habituées à ce genre de mer. Au Québec, elles côtoient plutôt des bords de lacs. Ici, elles se doivent d’être doublement prudentes. Victoria est parfois téméraire, il faut la surveiller. Ici, il n’y a aucun maître nageur, aucune surveillance. C’est à nous de nous assurer que nos filles ne vont pas trop loin et jouent de façon sécuritaire.

143