Conseil pour un voyage réussit !!! Partir….oui, mais quand ?

Nov 9th, 2009 Posted in La planification d'un Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

Le bon temps de l’année

Les dates que vous aurez arrêtées pour votre voyage (on n’a pas toujours le choix, sur ce plan : le travail, les obligations, l’école…) détermineront aussi, dans une certaine mesure, où vous pourrez ou ne pourrez pas aller. Tous les pays de la planète ne nous sont pas ouverts à n’importe quel temps de l’année. Il faut respecter les saisons du pays visité. Choisir de visiter l’île de Bali (Indonésie) en pleine mousson n’est décidément pas le meilleur choix, non plus qu’une balade dans le désert de Thar au Rajasthan en été, alors qu’il fait 50 °C. De même, il faut savoir qu’en

99

Grèce, au mois de décembre, c’est trop froid pour se baigner. Si la baignade ne vous dit rien et que vous désirez plutôt une température fraîche et peu de touristes, alors l’idée peut être excellente. Toutes ces informations sont bien indiquées dans les livres guides. Pour la plupart, il y a même un graphique décrivant, pour chaque mois de l’année, la température et le taux de précipitations. On vous signalera aussi si le pays que vous envisagez de visiter possède plus d’une zone climatique, comme c’est le cas pour le Pérou, par exemple. En fait, vous devez essayer d’éviter les périodes de mousson (pluie chaque jour), pour les pays où il y en a, et bien évaluer la température des étés et des hivers des pays où on a ces saisons. Ne négligez pas non plus de porter une attention particulière aux dates des événements, fêtes et célébrations, religieuses ou autres, qui auront lieu à l’intérieur du pays que vous compter visiter. Une fête comme, par exemple, le Nouvel An chinois, peut signifier une atmosphère totalement incroyable lors de votre passage dans une ville asiatique. Mais ce même Nouvel An peut aussi signifier une cruelle pénurie de logement et des prix prohibitifs qui seront gonflés du triple, comme

c’est le cas, par exemple, pour la célèbre foire aux chameaux de Pushkar, en Inde, au mois d’octobre. De même, pour tout voyageur comptant séjourner en pays musulman, il est fortement recommandé d’éviter le fameux mois du ramadan, où la population jeûne pendant la journée et ne mange qu’une fois le soleil couché. Le ramadan est un mois particulier de l’année pour plus d’un milliard de musulmans à travers le monde. C’est le rite religieux musulman le plus universellement observé. Le ramadan est le neuvième mois du calendrier lunaire islamique. Ce premier

134jour n’est pas le même d’un endroit à l’autre, car à certains endroits, on se base sur l’observation de la lune, et à d’autres, on se réfère entièrement à des calculs. Pour beaucoup de musulmans pieux, cette période consacré à la réflexion intérieure, à prier Allah et à réciter le Coran est marquée par une intensité spirituelle. Vous comprendrez donc que la population, pendant ce mois, n’est pas très portée sur la fête et que les chances de rencontrer des gens de l’endroit intéressants au restaurant, pendant la journée, sont minces. Mieux vaut savoir.

Conseils de voyage pour marcher Compostelle ou les Himalaya.

Oct 2nd, 2009 Posted in La planification d'un Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

Cette année j’ai eu le privilège de marcher deux magnifiques régions du monde : le Chemin de Compostelle en Espagne et les montagnes du Ladakh et du Zanskar daDSC_0153ns les Himalaya Indiennes.

On marche tous pour des raisons différentes : pour garder la forme, pour les paysages magnifiques rencontrés sur le chemin, pour ce silence si salutaire à notre équilibre et si difficile à trouver dans notre vie de tous les jours, parce qu’on aime être dehors et en contact avec la nature. On marche pour se retrouver, pour aller voir DSC_0362 si on est là !

Ces deux voyages, similaires en bien des points, sont finalement surprenamment différents l’un de l’autre. Je me suis questionné sur ces différences et je vous fais part ici de mes réflexions.

Je ne porte aucun jugement de valeur sur ces deux aventures, j’essaie seulement de faire ressortir les différences, de bien cerner ce qui distingue le Chemin de Compostelle d’un trek au Ladakh.

Une différence importante qui distingue les deux aventures est le statut de « Pèlerin » que confère à tous ceux qui l’entreprennent le pèlerinage de Compostelle. Ce statut est difficile à saisir dans sa subtilité pour ceux qui n’ont pas marché le chemin, et moi-même je n’en comprenais pas la valeur avant de le parcourir. Sur Compostelle, vous n’êtes pas un voyageur, vous n’êtes pas un aventurier, un trekkeur…..vous êtes un « pèlerin » parce que vous accomplissez un pèlerinage et que tous les autres marcheurs ont le même but que vous.

Hormis ce point assez subtile, je crois que ce qui distingue le plus le Chemin de Compostelle et un trek dans les Himalaya est la relative simplicité physique et logistique du premier comparé à la difficulté et à complexité de ces deux aspects chez le deuxième. J’entends par là que marcher le chemin de Compostelle est simple (je n’ai pas dit facile, nuance) comparé à une marche au Ladakh ou au Zanskar. DSC_0078 Simple parce que l’effort physique est moins grand, simple parce que vous couchez chaque soir à l’intérieur dans de petites auberges ou des gites du pèlerins, simple parce que, ne marchant pas en altitude, vous ne courez aucun risque de souffrir du mal de l’altitude (danger bien présent dans les Himalaya), simple parce que chaque repas que vous prenez, vous le choisissez et le commandez vous-même, simple parce que l’eau est toujours potable et traitée sur le chemin, enfin simple parce que vous marchez à travers villes et villages, jamais à 4 jours de marche de toute route carrossable.

Marcher le Ladakh et le Zanskar demande un effort physique beaucoup plus grand et une logistique beaucoup plus lourde et complexe. Vous franchirez des cols à 5000 mètres et vous ressentirez intensément le manque d’oxygène. Vous vous enfoncerez à travers les montagnes, quitterez la route et marcherez où il n’y a qu’un sentier pour vous mener jusqu’au prochain village. P1000139 Vous dormirez sous la tente, filtrerez ou ferez bouillir votre eau avant de la boire, mangerez ce que votre cuisinier vous aura préparé (La bouffe est en général excellente, ceci-dit) Vous aurez à choisir une agence de trekking qui vous organisera (Guide, chevaux, nourriture, cuisinier) votre petite expédition et le coût journalier sera assurément supérieur à une journée sur Compostelle. Un trek dans les Himalaya demande aussi plus d’équipement personnel, souvent assez couteux.

Que choisir alors ? De quoi ai-je besoin ? De quoi ai-je le goût ?

Conseil pour un voyage en Inde: Savoir que tout est possible

Jun 15th, 2009 Posted in Extrait de mon journal de bord. | no comment »

Extrait de mon journal de bord:  Inde du sud, Calicut, 1996

Pourquoi retenir les services d'un guide privé pour vous accompagner en voyage ?

Mar 22nd, 2009 Posted in La planification d'un Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

   Il est peu probable que vous ressentiez le besoin de vous offrir les services d’un guide privé pour vo

DSC_0060

us et votre conjointe, vous et vos amis si vous envisagez de vous rendre une semaine en République Dominicaine. Les États-Unis et l’Europe ne nécessiteront probablement pas non plus ce genre de service. En fait, retenir les services spécialisés d’un guide privé sur place avec vous n’a qu’un seul but : vous permettre de vivre une expérience exotique ou aventurière en couple ou entre amis que vous n’envisageriez pas de vivre seul, faute d’expérience.

J’ai moi-même plusieurs fois fait appel à un guide privé dans différentes circonstances. Dans ces cas, ce n’était pas pour un voyage mais pour le sport ; pour pouvoir grimper des voies d’escalade de roche et de glace trop difficiles pour moi, seul. Des voies d’escalade où je n’aurais pu m’aventurer en premier de cordée, car le niveau de difficulté était trop élevé pour moi. Avec un guide expérimenté qui grimpait en premier de cordée, je pouvais alors suivre en toute sécurité, apprendre de mon guide, et vivre l’expérience de grimper une voie de haut niveau. J’ai également eu recours à ce genre de service pour descendre des rivières en kayak, pour la planification de notre première grande expédition en montagne.30

   C’est tout à fait la même chose en ce qui vous concerne. Vous ne vous sentez pas l’expérience nécessaire pour organiser et vivre seul une aventure dans le désert de Thar, en Inde, à dos de dromadaire, mais vous avez envie de ce genre d’aventure ; elle peut être réalisée en toute sécurité. Vous rêvez d’un safari en Tanzanie mais l’idée de débarquer seul à Dar Es Salam et de devoir négocier sur place un safari vous enlève tous vos moyens. Vous avez décidé de marcher la fameuse route des Incas qui mène au célèbre Machu Pichu et vous voulez aussi ensuite vous offrir le privilège de passer quelques nuits sur l’île du soleil sur le lac Titicaca mais l’entreprise vous semble démesurée. En fait, elle ne l’est nullement.

Retenir les services d’un guide privé pour vous accompagner en voyage c’est aussi tout simplement la chose à faire si vous voulez savourer pleinement la compagnie de votre conjoint(e) et de vos amis et tous les attraits disponibles, pendant votre voyage en délaissant la logistique inévitable d’un tel voyage : préparation ou révision de l’itinéraire et du calendrier, réservations d’hôtels, d’avions, d’autos de location ou de trains, localisation d’endroits agréables et salubres où manger, changer de l’argent, etc…

Un guide privé vous permettra de vous aventurer là où vous n’auriez jamais osé le faire seul. Avec un guide privé à votre service pour sécuriser vos déplacements et vos activités, pour vous aider, avec son expérience à juger du degré de fatigue, de l’hydratation, etc. vous pourrez vous concentrer à votre rythme sur la beauté du lieu en abandonnant la logistique à quelqu’un d’expérimenté, à l’écoute de vos besoins. Un luxe, certes, mais qui donne tellement de latitude. Toute l’inquiétude face à la santé, au choc culturel, à la nourriture sera amoindrie par la présence de ce guide qui sera à l’écoute des vôtres et de vos besoins.

Vous aimeriez être accompagnés d’un guide privé pour vous sentir plus sécures et dégagés durant le voyage ? Pour pouvoir vivre une aventure hors de l’ordinaire ? Faites-vous ce cadeau, contactez-moi, nous passerons quelques heures ensemble. Nous discuterons de vos besoins de vos attentes et du genre d’aventure que vous voulez vivre. .

63

Voyage en famille: Activités pour les enfants en voyage….mieux vaut ne pas juger. Chacun son plaisir, chacun son bonheur !!!

Jan 20th, 2009 Posted in Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

 

 

87

Et pour aller voir l’incroyable caverne de Goa Lawah pleine de chauves-souris (Bali) ou le très particulier temple Deshnok rempli de rats (Inde), l’enfant sera prêt, croyez-moi, à traverser la ville. Encore faut-il que les parents proposent ces choses de façon attrayante et les mettent au programme. Si on y regarde de près et du point de vue approprié, mille et une choses sont susceptibles de plaire à votre enfant en voyage. L’orphelinat Pinnewala pour éléphants au Sri Lanka et le zoo de Singapour sont des merveilles. Nos filles ont adoré aussi l’excursion en plein milieu de la nuit pour observer les mamans tortues pondre sur la plage (Sri Lanka), la ferme d’élevage des dromadaires (Inde), se promener en mobylette sur l’île de Diu (Inde), le détour en auto pour voir le porc-épic apprivoisé (Sri Lanka), jouer et courir dans les catacombes de Palenque (Mexique), la ferme de protection des tortues de mer (Sri Lanka), se promener en charrette dans la plaine de Bagan (Myanmar), voir le varan qui engouffre des poissons entiers (Sri Lanka), manger des bonbons dans les rues bondées de Oaxaca, à Noël (Mexique), participer au culte de Shiva au coucher du soleil à Rishikesh (Inde), nourrir les singes du temple d’Anuradhapura (Sri Lanka), ouvrir les filets de pêche avec les pêcheurs au petit matin et découvrir toutes sortes d’espèces d’animaux marins (Myanmar), et toutes les plages que nous avons visitées, même si, à nos yeux, certaines n’étaient pas si jolies que ça…

33

Comme vous le voyez, c’est très souvent relié aux animaux. Beaucoup de ces visites seront pourtant repoussées du revers de la main parce que considérées comme non intéressantes, trop touristiques ou simplement banales. Banales pour vous et moi, mais la petite fête foraine de quartier avec manèges, musique et bonbons mexicains peut s’avérer une merveille pour notre enfant. Soyez ouverts. Ne considérez pas les choses sous un angle unique et selon votre seul point de vue. Et tant pis si la vache sacrée est plus intéressante que le fameux Taj Mahal, ce n’est pas à nous de décider ce qui plait et ce qui doit plaire. Quelques fois la plaisir vient de chose très simple. Il ne faut pas juger en fonction de nous et certainement pas commencer à dire; « Au prix ou ça coûte venir ici, pouvons-nous faire autre chose que de jouer avec les petits lézards ». Chacun son plaisir, chacun son bonheur.

T13

Du simple point de vue d’un enfant, les trésors de la Grèce ancienne ou les oeuvres religieuses de l’Italie du xvie siècle ne sont pas des incitatifs assez puissants pour abandonner la piscine de l’hôtel et traverser la ville afin d’aller à leur découverte. Mais cela n’empêche rien, il y a beaucoup à faire et beaucoup à voir, en voyage, pour un enfant.

Conseils pour voyageurs: Le plaisir de voyager avec les services d'une voiture avec chauffeur

Jan 2nd, 2009 Posted in Conseils aux voyageurs, Sur la route en voyage, Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

La voiture avec chauffeur 

Ça peut sembler un peu snobinard sur les bords et a195

bsolument antisocial dans un contexte nord-américain, mais dans plusieurs pays d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud, c’est quelque chose de courant et les chauffeurs se bousculent pour vous proposer leurs services.

 

La voiture avec chauffeur peut s’avérer des plus agréable : un plaisir qui nous simplifie la vie et nous permet de voir du pays tout en respectant notre rythme. Avec un chauffeur, vous pouvez arrêter où bon vous semble et vous n’avez jamais à chercher votre chemin. Si vous avez la chance de tomber sur un bon père de famille, celui-ci prendra soin de vous, respectera vos exigences et facilitera les contacts avec les gens du pays. Il est là lorsque vous en manifestez le besoin et il se volatilise quand vous n’avez pas besoin de ses services. Il peut vous suggérer des hôtels ou de bons petits restaurants peu dispendieux, fréquentés par la population locale. Mais avant de prendre votre décision de prendre un chauffeur privé, il faut vous poser les questions suivantes : Est-ce que j’ai réellement envie de conduire ici ? Est-ce qu’il y a des cartes routières pour que je puisse bien m’orienter ? Le prix avec chauffeur est-il beaucoup plus élevé ? Ai-je envie d’avoir un étranger avec nous dans la voiture pendant 5 ou 10 jours ?

 

Extrait de mon journal

Sri Lanka, Anuradhapura, 2002

Une suite de coïncidences nous a ramené Vimale, le chauffeur que nous avions en tête. Niranjan, notre jeune et si gentil conducteur de Tuk tuk, aurait tellement voulu avoir le contrat de nous conduire pendant neuf jours à travers le Nord du Sri Lanka. Son manque d’expérience a joué contre lui. Vimale opère sa petite mini-van depuis 20 ans et il sera à même de beaucoup mieux nous conseiller que Niranjan, qui en aurait été à sa première expérience sur les grandes routes. J’avais eu un très bon feeling avec cet homme de 50 ans lorsqu’il nous avait cueillis à la gare d’Anuradhapura. Il était calme et il nous avait tout de suite demandé un prix juste pour sa course jusqu’à l’hôtel. Il m’avait donné rendez-vous le lendemain soir pour discuter de prix et de trajet mais je ne l’avais pas revu. J’ai appris par la suite que sa grande fille de 14 ans faisait son entrée dans sa vie de femme et qu’il avait été retenu par la cérémonie qui avait entouré cet heureux événement. Le temps pressait pour trouver un bon chauffeur et je n’avais pas confiance en notre conducteur de tuk tuk. J’avais confiance en l’homme, mais pas en l’expérience de ce jeune garçon de 24 ans. Pour parcourir les routes du Sri Lanka pendant neuf jours, je voulais quelqu’un d’expérience. Et, comme par magie, Vimale est réapparu hier après-midi, alors que nous nous promenions en ville. Il est intéressant de voir, de sentir, d’être attentif aux signes qui placent les bonnes personnes sur notre chemin. C’est vraiment fantastique de regarder la vie opérer devant soi et de répondre positivement aux bons signes et aux bonnes personnes.

 

 

Voyager avec des enfants: Pourquoi retenir les services d'un guide privé pour accompagner votre famille en voyage ?

Dec 18th, 2008 Posted in La planification d'un Voyage avec enfants, Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

Pourquoi retenir les services d’un guide privé pour accompagner votre famille en voyage ?

 

Il est peu probable que vous ressentiez le besoin de vous offrir les services d’un guide privé pour vous et votre famille si vous envisagez de vous rendre une semaine en République Dominicaine. Les États-Unis et l’Europe ne nécessiteront probablement pas non plus ce genre de service. En fait, retenir les services spécialisés d’un guide privé sur place avec vous n’a qu’un seul but : vous permettre de vivre une expérience exotique ou aventurière en famille avec vos enfants, que vous n’envisageriez pas de vivre seul, faute d’expérience.

J’ai moi-même plusieurs fois fait appel à un guide privé dans différentes circonstances. Dans ces cas, ce n’était pas pour un voyage en famille mais pour le sport ; pour pouvoir grimper des voies d’escalade de roche et de glace trop difficiles pour moi, seul. Des voies d’escalade où je n’aurais pu m’aventurer en premier de cordée, car le niveau de difficulté était trop élevé pour moi. Avec un guide expérimenté qui grimpait en premier de cordée, je pouvais alors suivre en toute sécurité, apprendre de mon guide, et vivre l’expérience de grimper une voie de haut niveau.

C’est tout à fait la même chose en ce qui vous concerne. Vous ne vous sentez pas l’expérience nécessaire pour organiser et vivre seul avec votre famille une aventure dans le désert de Thar, en Inde, à dos de dromadaire, mais vous avez envie de ce genre d’aventure ; elle peut être réalisée en toute sécurité. Vous rêvez d’un safari en Tanzanie mais l’idée de débarquer seul avec vos trois enfants à Dar Es Salam et de devoir négocier sur place un safari vous enlève tous vos moyens. Vous avez décidé de marcher la fameuse route des Incas qui mène au célèbre Machu Pichu avec vos deux enfants de 8 et 12 ans et vous voulez aussi ensuite vous offrir le privilège de passer quelques nuits sur l’île du soleil sur le lac Titicaca mais l’entreprise vous semble démesurée. En fait, elle ne l’est nullement.

Ou, tout simplement, vous voulez savourer pleinement la compagnie de votre conjoint(e) et de vos enfants et tous les attraits disponibles, pendant un voyage en famille, en délaissant la logistique inévitable d’un tel voyage : préparation ou révision de l’itinéraire et du calendrier, réservations d’hôtels, d’avions, d’autos de location ou de trains, localisation d’endroits agréables et salubres où manger, etc…

Un guide privé vous permettra de vous aventurer là où vous n’auriez jamais osé le faire seul avec vos enfants. Avec un guide privé à votre service pour sécuriser vos déplacements et vos activités, pour vous aider, avec son expérience de père de famille, à juger du degré de fatigue, de l’hydratation, etc. de vos enfants, vous pourrez vous concentrer à votre rythme sur la beauté du lieu et le plaisir d’avoir vos enfants avec vous en abandonnant la logistique à quelqu’un d’expérimenté, à l’écoute des besoins de votre famille. Un luxe, certes, mais qui donne tellement de latitude. Toute l’inquiétude face à la santé des enfants, au choc culturel, à la nourriture sera amoindrie par la présence de ce guide, lui-même père de deux enfants qui sera à l’écoute des vôtres.