Conseil pour un voyage réussit !!! Partir….oui, mais quand ?

Nov 9th, 2009 Posted in La planification d'un Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

Le bon temps de l’année

Les dates que vous aurez arrêtées pour votre voyage (on n’a pas toujours le choix, sur ce plan : le travail, les obligations, l’école…) détermineront aussi, dans une certaine mesure, où vous pourrez ou ne pourrez pas aller. Tous les pays de la planète ne nous sont pas ouverts à n’importe quel temps de l’année. Il faut respecter les saisons du pays visité. Choisir de visiter l’île de Bali (Indonésie) en pleine mousson n’est décidément pas le meilleur choix, non plus qu’une balade dans le désert de Thar au Rajasthan en été, alors qu’il fait 50 °C. De même, il faut savoir qu’en

99

Grèce, au mois de décembre, c’est trop froid pour se baigner. Si la baignade ne vous dit rien et que vous désirez plutôt une température fraîche et peu de touristes, alors l’idée peut être excellente. Toutes ces informations sont bien indiquées dans les livres guides. Pour la plupart, il y a même un graphique décrivant, pour chaque mois de l’année, la température et le taux de précipitations. On vous signalera aussi si le pays que vous envisagez de visiter possède plus d’une zone climatique, comme c’est le cas pour le Pérou, par exemple. En fait, vous devez essayer d’éviter les périodes de mousson (pluie chaque jour), pour les pays où il y en a, et bien évaluer la température des étés et des hivers des pays où on a ces saisons. Ne négligez pas non plus de porter une attention particulière aux dates des événements, fêtes et célébrations, religieuses ou autres, qui auront lieu à l’intérieur du pays que vous compter visiter. Une fête comme, par exemple, le Nouvel An chinois, peut signifier une atmosphère totalement incroyable lors de votre passage dans une ville asiatique. Mais ce même Nouvel An peut aussi signifier une cruelle pénurie de logement et des prix prohibitifs qui seront gonflés du triple, comme

c’est le cas, par exemple, pour la célèbre foire aux chameaux de Pushkar, en Inde, au mois d’octobre. De même, pour tout voyageur comptant séjourner en pays musulman, il est fortement recommandé d’éviter le fameux mois du ramadan, où la population jeûne pendant la journée et ne mange qu’une fois le soleil couché. Le ramadan est un mois particulier de l’année pour plus d’un milliard de musulmans à travers le monde. C’est le rite religieux musulman le plus universellement observé. Le ramadan est le neuvième mois du calendrier lunaire islamique. Ce premier

134jour n’est pas le même d’un endroit à l’autre, car à certains endroits, on se base sur l’observation de la lune, et à d’autres, on se réfère entièrement à des calculs. Pour beaucoup de musulmans pieux, cette période consacré à la réflexion intérieure, à prier Allah et à réciter le Coran est marquée par une intensité spirituelle. Vous comprendrez donc que la population, pendant ce mois, n’est pas très portée sur la fête et que les chances de rencontrer des gens de l’endroit intéressants au restaurant, pendant la journée, sont minces. Mieux vaut savoir.

Des conseils de voyage appréciés même sans départ !

Mar 25th, 2009 Posted in La planification d'un Voyage avec enfants | no comment »

  Ce n’est que lorsque l’on se met sérieusement à réfléchir à un voyage et à la meilleure destination possible, lorsqu’une date de départ est pointée du doigt sur le calendrier et que nos réflexions en sont rendues à une prise de décision que l’on réalise pleinement l’ampleur de l’aventure que l’on s’apprête entreprendre. Avant, on s’amuse à rêver, on laisse aller notre imagination et on prend plaisir à voyager en pensée dans la sécurité de notre chez-soi.

Avec une date de départ arrêtée, une destination choisie et une planification de l’itinéraire en marche, vient la prise de conscience que….très bientôt le virtuel laissera la place à la réalité et on se retrouvera avec ses enfants très loin de chez-soi, dans un autre pays qui ne parle pas notre langue, avec d’autres coutumes que les nôtres et que cela suscite des préoccupations très concrètes et même insécurisantes en ce qui touche la santé et la sécurité de nos petits amours.

 

Récemment, une mère de famille du Sud de la France, professionnelle et femme d’affaires, désireuse d’entreprendre un grand voyage en famille, a vécu cette expérience ; elle s’est trouvée embarrassée et hésitante dans les choix à faire, face à cette perspective.

Ayant pris connaissance de mon blogue sur Internet, elle a fait appel, par courriel d’abord, à mes services conseils pour revoir avec elle le choix d’une destination et la planification du voyage en famille. Trois jeunes enfants allaient accompagner les parents, dont un bébé qui allait avoir 20 mois au moment du départ. Après une première conversation au téléphone pour faire connaissance, pour en savoir un peu plus sur l’expérience de voyage de la famille et aussi pour bien comprendre les motivations des parents face à un tel voyage, j’ai donné mon opinion sur diverses destinations qu’elle évoquait et j’y ai ajouté quelques suggestions susceptibles de les intéresser et de leur convenir. Par exemple, l’Équateur pour sa culture et ses attirantes îles Galápagos fut envisagé, l’Indonésie aussi fut mise sur la table. L’île de Bali, où la mère s’était déjà rendue, est en vérité une destination très attirante, plutôt facile et de surcroit c’était en terrain connu. Un excellent choix à priori.

Une fois le choix de la destination arrêté vint, pour la maman, qui était l’instigatrice de ce projet et qui avait même dû convaincre en partie le conjoint moins désireux de grande aventure, la prise de conscience que voyager avec ses enfants comporte un degré de risque qu’il faut être prêt à accepter. La planification avançant, celle-ci réalisait que rien ni personne ne pourrait lui garantir qu’il n’arriverait rien et qu’aucun de ses enfants ne tomberait malade. Elle m’a fait part de ses craintes et de ses appréhensions ; beaucoup de courriels France/Québec furent échangés.

Mon rôle fut, alors, non pas d’inciter la famille à partir à tout prix, mais de mettre en perspective, en fonction de la destination choisie et de l’expérience de voyage des parents les pour et les contre d’une telle aventure. Mon rôle fut de brosser un tableau le plus réaliste possible des plaisirs, des joies et de l’expérience inoubliable que représente une telle aventure, sans omettre de parler des risques, des dangers et de l’implication émotionnelle d’un tel voyage.

La famille a choisi de remettre à plus tard son grand voyage, d’attendre que la petite de 20 mois grandisse un peu. Je respecte ce choix. Je suis heureux d’avoir pu conseiller cette famille, lui évitant probablement de se retrouver avec plein de surprises non anticipées dans un milieu inconnu. Je suis heureux que mon expérience du voyage en famille ait pu être mise au service de cette famille. Je sais bien que la graine est plantée et que tôt ou tard ils partiront. Tout est question de temps. Chaque chose en son temps.

Voyage en famille: Activités pour les enfants en voyage….mieux vaut ne pas juger. Chacun son plaisir, chacun son bonheur !!!

Jan 20th, 2009 Posted in Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

 

 

87

Et pour aller voir l’incroyable caverne de Goa Lawah pleine de chauves-souris (Bali) ou le très particulier temple Deshnok rempli de rats (Inde), l’enfant sera prêt, croyez-moi, à traverser la ville. Encore faut-il que les parents proposent ces choses de façon attrayante et les mettent au programme. Si on y regarde de près et du point de vue approprié, mille et une choses sont susceptibles de plaire à votre enfant en voyage. L’orphelinat Pinnewala pour éléphants au Sri Lanka et le zoo de Singapour sont des merveilles. Nos filles ont adoré aussi l’excursion en plein milieu de la nuit pour observer les mamans tortues pondre sur la plage (Sri Lanka), la ferme d’élevage des dromadaires (Inde), se promener en mobylette sur l’île de Diu (Inde), le détour en auto pour voir le porc-épic apprivoisé (Sri Lanka), jouer et courir dans les catacombes de Palenque (Mexique), la ferme de protection des tortues de mer (Sri Lanka), se promener en charrette dans la plaine de Bagan (Myanmar), voir le varan qui engouffre des poissons entiers (Sri Lanka), manger des bonbons dans les rues bondées de Oaxaca, à Noël (Mexique), participer au culte de Shiva au coucher du soleil à Rishikesh (Inde), nourrir les singes du temple d’Anuradhapura (Sri Lanka), ouvrir les filets de pêche avec les pêcheurs au petit matin et découvrir toutes sortes d’espèces d’animaux marins (Myanmar), et toutes les plages que nous avons visitées, même si, à nos yeux, certaines n’étaient pas si jolies que ça…

33

Comme vous le voyez, c’est très souvent relié aux animaux. Beaucoup de ces visites seront pourtant repoussées du revers de la main parce que considérées comme non intéressantes, trop touristiques ou simplement banales. Banales pour vous et moi, mais la petite fête foraine de quartier avec manèges, musique et bonbons mexicains peut s’avérer une merveille pour notre enfant. Soyez ouverts. Ne considérez pas les choses sous un angle unique et selon votre seul point de vue. Et tant pis si la vache sacrée est plus intéressante que le fameux Taj Mahal, ce n’est pas à nous de décider ce qui plait et ce qui doit plaire. Quelques fois la plaisir vient de chose très simple. Il ne faut pas juger en fonction de nous et certainement pas commencer à dire; « Au prix ou ça coûte venir ici, pouvons-nous faire autre chose que de jouer avec les petits lézards ». Chacun son plaisir, chacun son bonheur.

T13

Du simple point de vue d’un enfant, les trésors de la Grèce ancienne ou les oeuvres religieuses de l’Italie du xvie siècle ne sont pas des incitatifs assez puissants pour abandonner la piscine de l’hôtel et traverser la ville afin d’aller à leur découverte. Mais cela n’empêche rien, il y a beaucoup à faire et beaucoup à voir, en voyage, pour un enfant.

Choisir sa destination en fonction des dates de notre voyage

Dec 29th, 2008 Posted in La planification d'un Voyage, La planification d'un Voyage avec enfants, La planification d'un Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

Le meilleur moment

Les dates que vous aurez arrêtées pour votre voyage détermineront aussi, dans une certaine mesure, où vous pourrez et où vous ne pourrez pas aller. Tous les pays de la planète ne sont pas agréables de séjour à n’importe quel temps de l’année. Il faut respecter les saisons du pays visité. Choisir de visiter l’île de Bali (Indonésie) en pleine mousson (décembre et janvier) n’est décidément pas le meilleur choix, non plus qu’une visite des pyramides d’Égypte en juillet, alors qu’il fait 50°C. De même, il faut savoir qu’en Grèce, au mois de décembre, c’est trop froid pour se baigner, comme toutes les plages européennes sur le bord de la Méditerranée d’ailleurs. Si la baignade ne vous dit rien et que vous désirez plutôt une température fraîche et peu de touristes, alors l’idée peut être excellente. Vos deux semaines de vacances tombent, cette année, en novembre ? Oubliez l’Angleterre et l’Écosse, il y pleut sans arrêt ou presque.

Toutes ces informations sont biens indiquées dans les livres-guide et sur les sites Internet des pays ou des villes visitées. Pour la plupart, il y a même un graphique décrivant, pour chaque mois de l’année, la température et le taux de précipitation. On vous signalera aussi si le pays que vous envisagez de visiter possède plus d’une zone climatique, comme c’est le cas pour le Pérou par exemple. En fait, vous devez essayer d’éviter les périodes de moussons (pluie à chaque jour) pour les pays où il y en a et de bien évaluer la température des étés ou des hivers des pays où ces saisons s’appliquent.

Ne négligez pas non plus de porter une attention particulière aux dates des événements, fêtes et célébrations, religieuses ou autres, qui auront lieu dans le pays que vous comptez visiter. Une fête comme, par exemple, le Nouvel An Chinois, peut signifier une atmosphère totalement incroyable lors de votre passage dans une ville asiatique. Mais ce même Nouvel An peut aussi signifier une cruelle pénurie de logement et des prix prohibitifs qui seront gonflés du triple comme c’est le cas, par exemple, pour la ville de Cannes lors de son festival en mai.

De même, pour tout voyageur comptant séjourner en pays musulman, il est fortement recommandé d’éviter le fameux mois du ramadan, où la population jeûne pendant la journée et ne mange qu’une fois le soleil couché. Le ramadan est un mois particulier de l’année pour plus d’un milliard de musulmans à travers le monde. C’est le rite religieux musulman le plus universellement observé. Le ramadan a lieu le neuvième mois du calendrier lunaire islamique. Ce premier jour n’est pas le même d’un endroit à l’autre car, à certains endroits, on se base sur l’observation de la lune, et à d’autres, on se réfère entièrement aux calculs. Pour beaucoup de musulmans pieux, cette période est marquée par une intensité spirituelle propice à la réflexion intérieure, à prier Allah et à réciter le Coran. Vous comprendrez donc que la population, pendant ce mois, n’est pas très portée sur la fête et que les chances de rencontrer des gens locaux intéressants au restaurant, pendant la journée, sont minces. Mieux vaut savoir.

Poésie en voyage

Dec 16th, 2008 Posted in Extrait de mon journal de bord., Poésie sur la route | no comment »

Indonésie, île de Bali, Légian, 1992

(Rosemarie est alors en gestation)

Je n’avais rien demandé,

L’idée même de sa venue m’aurait fait sourire.

Je ne pensais qu’à moi, qu’à moi et mes montagnes, qu’à moi et le lointain Tibet, qu’à moi et mes expéditions et mes amis.

Je n’avais rien demandé,

Mais voilà que maintenant j’attends la naissance d’une petite fille.

 

Je ne sais pas qui elle est, d’où elle vient et pourquoi elle m’a choisit

Je ne sais pas ce qu’elle veut, ce qu’elle est venue chercher et n’y même si elle saura rire.

Je ne sais pas qui elle est,

Mais voilà que maintenant j’attends la naissance d’une petite fille.

 

Je me suis assis et j’ai pleuré lorsque j’ai sus,

Pleuré de détresse, pleuré parce que mon monde s’écroulait, parce que ma montagne aux neiges éternelles venait d’être emporté au loin.

Je me suis assis et j’ai pleuré

Mais voilà que maintenant j’attends la naissance d’une petite fille.

 

Le temps a passé, je suis allé au Tibet,

J’ai réalisé que ma montagne, mes expéditions et mes amis se pouvaient toujours.

Je sais un peu mieux pourquoi elle m’a choisit, qui elle est et ce qu’elle veut.

Le temps a passé

Et voilà que maintenant j’attends…

j’attends impatiemment la naissance d’une petite fille.