Voyager avec des enfants: La prévention en altitude avec des enfants

Feb 2nd, 2009 Posted in Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

 

Si vous prévoyez grimper à plus de 2 500 mètres, avec ou sans enfants,

vous devez

17vous soumettre aux mêmes règles de prévention que les alpinistes expérimentés. La méthode la plus sûre demeure l’ascension progressive, c’est-à-dire éviter une ascension trop rapide. D’abord, passez de 2 à 4 nuits à une altitude entre 2 000 et 3 000 mètres avant de poursuivre votre ascension. Ensuite, restez 24 heures au même endroit à chaque gain de 600 mètres d’altitude si vous désirez poursuivre l’ascension.

 

Si un membre de la famille a les symptômes inquiétants du développement d’un oedème, redescendez immédiatement à une altitude inférieure. Des excursions d’une journée à une altitude supérieure, suivies d’un retour à une altitude inférieure pour la nuit facilitent grandement l’acclimatation. L’acclimatation est le processus par lequel les alpinistes ou marcheurs s’adaptent graduellement à l’hypoxie (une diminution de la quantité d’oxygène dans les tissus). Pendant les journées d’acclimatation, évitez aussi que votre enfant se surmène. L’exercice modéré favorise l’acclimatation, mais un exercice intense doit être évité. Vous pouvez, lors de l’apparition de symptômes désagréables de l’altitude, prendre du Diamox

. Ce médicament sur ordonnance seulement améliore votre sommeil, puisqu’il équilibre au niveau des reins la source complexe de vos symptômes. Le Diamox

est particulièrement conseillé si vous prévoyez une ascension rapide à 3 000 mètres et plus (altitude à laquelle on couchera) en moins de 24 heures. Par exemple, à Lhassa, au Tibet, ou à La Paz, en Bolivie, vous atterrissez en avion directement à 3 500 mètres d’altitude. Vous ne pouvez donc pas bénéficier de l’acclimatation et de l’adaptation graduelle à l’hypoxie. Le

est contre-indiqué pour les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes ou allaitantes et les personnes diabétiques. Les anti-inflammatoires et l’acétaminophène (Advil, Motrin

, Tylenol)réduisent aussi efficacement les maux de tête, et le Gravol

, la nausée.

38

Si vous avez déjà expérimenté l’altitude sans aucun problème, la médication préventive n’est pas indiquée. Le sommeil normal est souvent perturbé, en haute altitude. À environ 3 000 mètres, certaines personnes auront un sommeil de mauvaise qualité, alors que la majorité des personnes qui dorment à plus de 4 300 mètres présenteront des troubles marqués du sommeil. En altitude, protégez vos yeux et ceux de votre enfant. La pénétration des rayons ultraviolets (UV) augmente d’environ 4 % pour chaque gain de 300 mètres. Les UV qui sont reflétés sur la neige peuvent causer le cancer de la peau, l’ophtalmie des neiges, la kératite et différentes lésions à la cornée. Le rein est l’organe le plus important dans l’acclimatation en haute altitude. Il permet de mieux s’acclimater à l’altitude par un processus complexe dans lequel la perte d’urine est accrue. Il faut boire plus que d’habitude, d’autant plus que le Diamox

, qui agit aussi comme un diurétique, vous fait perdre à son tour davantage de fluides. Finalement, ne sous-estimez pas non plus le froid de la montagne. La température chute en moyenne de 6,5 °C tous les 1 000 mètres et la combinaison du froid et de l’hypoxie accroît le risque de gelures et de troubles liés à l’altitude.

34

Pourquoi retenir les services d'un professionnel du voyage en famille dans la planification la préparation et la réalisation de votre voyage avec vos enfants.

Jan 11th, 2009 Posted in La planification d'un Voyage avec enfants | no comment »

 

“C’est décidé

, nous partons en voyage et les enfants viendront avec nous !” Aussi incroyable que cela puisse paraître, presque toutes les destinations peuvent être envisagées lorsque l’on voyage avec des enfants ; c’est avant tout une question d’expérience et de rythme. Ceci dit, certaines destinations sont définitivement plus difficiles que d’autre pour les aventuriers accompagnés de petits voyageurs. Mieux vaut choisir avec soin une destination bien adaptée à l’âge et à l’intérêt de nos enfants Une bonne planification et une organisation sérieuse sont, ici, des éléments hautement importants pour le succès de l’aventure. Et comme pour n’importe quel projet où l’inconnu joue une grande part, faire affaire avec quelqu’un qui possède l’expérience qui nous manque est un signe de sagesse.

Il n’est pas toujours facile d’évaluer le degré de difficulté d’un pays en fonction du choc culturel, de l’éloignement, de la nourriture et des services sur place, etc. Qu’est ce qui fait que le Laos est plus difficile que la Thaïlande ? Qu’est ce qui fait que la Mongolie demande plus de préparation qu’un autre pays comme le Népal ? Le Costa Rica et la Bolivie sont bien différents, pourquoi ?

Voyager, comme n’importe quoi d’autre, est quelque chose qui s’apprend. Et quand on parle d’un voyage avec des enfants, l’erreur n’est pas permise. Consulter un professionnel du voyage, c’est se donner toutes les chances de vivre une expérience mémorable pour tous les membres de la famille.

L’ appréhension est souvent à son comble lorsque l’on pense aux risques relatifs à la sécurité et à la santé de nos enfants en pays exotiques. Pourtant, il existe des mesures de précautions et de prudence simples qui vous mettront à l’abri de la vaste majorité de ceux-ci. Mon rôle de conseiller, étant père de famille et grand voyageur, est de vous transmettre un peu de mon expérience, que ce soit dans l’élaboration de l’itinéraire, dans des recommandations sur l’horaire et le rythme du voyage, des conseils sur la santé en fonction de votre destination ou des conseils pratiques relatifs au quotidien sur la route, pour mieux vivre un décalage horaire, un choc culturel ou une adaptation difficile à la nourriture du pays visité, etc.

Finalement, c’est un cadeau que vous vous faites pour vous permettre de partir la tête reposée, sachant que votre planification est optimale et votre préparation parfaite. Il restera à savourer les petits imprévus qui surviennent toujours lors d’un voyage avec des enfants.

Voici quelque uns des sujets qui peuvent être discutés :

o Choisir une destination

o Élaborer un circuit personnalisé selon les goûts, les besoins et l’âge des petits voyageurs et des parents.

o Couvrir tous les aspects logistiques (passeports, visas, billets d’avion, réservations d’hôtel, transports sur place, recherche d’un guide local, etc.)

o Les bagages à apporter pour toute la famille (selon le climat, le nombre de déplacement, la durée de l’aventure, activités pour les enfants, etc.)

o Monter la trousse médicale

o Préparation mentale des enfants et des parents

o Préparation du budget d’avant départ et sur la route

o Sécurité et santé durant le voyage

o Et bien d’autres…

Peut-on compter sur un médecin lors d'une expédition ou une aventure de plein air ?

Dec 29th, 2008 Posted in La santé lors d'un Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

  Y a t’il un médecin hors des sentiers battus ?  38

Pour tout l’Amérique du Nord et l’Europe, l’Australie fait également partit du club, la question se pose pas, il y a toujours un médecin et un hôpital prêt à vous accueillir en cas de nécessité.   Tous les pays mentionnés plus haut disposent généralement d’ un service de sauvetage, d’ évacuation et de recherche des disparus.  C’est le cas aussi en Argentine lorsque vous escaladez l’Aconcagua.  (La montagne étant très populaire, ce service est maintenant disponible)  Le Mc Kenley en Alaska offre aussi ce genre de service.  (Il peut parfois vous être facturé, attention aux négligences coûteuse)

 

Dans les pays en voie de développement, aussi surprenant que ça puisse paraître pour certains, il y a aussi presque toujours un médecin sur la route. Le tout est de pouvoir payer, ce que la population locale ne peut se permettre la plupart du temps. La réception de votre hôtel est souvent l’endroit idéal pour vous renseigner si vous avez besoin de soins. On vous référera habituellement à un méde35

cin compétent, qui a l’habitude de soigner les touristes. Toutes les fois où nous avons dû consulter un médecin en voyage : île de Bali, Népal, Inde, Myanmar, celui-ci s’est toujours avéré extrêmement compétent et sécurisant. Bien entendu, si vous êtes à six jours de chameau en plein désert du Sahara, il se peut que le médecin ne soit pas à portée de main. C’est à vous de choisir jusqu’où vous êtes prêt à aller.  Lorsque nous avons escaladé le Sajama en Bolivie il était clair que nous ne devions nous attendre à aucun secours d’ aucune sorte.  Le pays ne dispose simplement pas de l’ infrastructure adéquate pour venir en aide aux touristes intrépides.  Une fois revenu à La Paz il sera assurément possible de s’offrir d’excellents soins, mais quelques fois il est bien loin le médecin……C’est là qu’on parle d’engagement.     

Donc, pour résumer, des médecins, il y en a. Des bons hôpitaux aussi. Les assurances maladie et hospitalisation, achetées avant le départ, sont indispensables.  Il peut aussi être nécessaire ou sage d’ apporter avec vous certains médicaments spécifiques où qui peuvent s’avérer difficile à trouver dans certain pays du tiers mond

79

e.

Voyager avec des enfants: Pourquoi retenir les services d'un guide privé pour accompagner votre famille en voyage ?

Dec 18th, 2008 Posted in La planification d'un Voyage avec enfants, Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

Pourquoi retenir les services d’un guide privé pour accompagner votre famille en voyage ?

 

Il est peu probable que vous ressentiez le besoin de vous offrir les services d’un guide privé pour vous et votre famille si vous envisagez de vous rendre une semaine en République Dominicaine. Les États-Unis et l’Europe ne nécessiteront probablement pas non plus ce genre de service. En fait, retenir les services spécialisés d’un guide privé sur place avec vous n’a qu’un seul but : vous permettre de vivre une expérience exotique ou aventurière en famille avec vos enfants, que vous n’envisageriez pas de vivre seul, faute d’expérience.

J’ai moi-même plusieurs fois fait appel à un guide privé dans différentes circonstances. Dans ces cas, ce n’était pas pour un voyage en famille mais pour le sport ; pour pouvoir grimper des voies d’escalade de roche et de glace trop difficiles pour moi, seul. Des voies d’escalade où je n’aurais pu m’aventurer en premier de cordée, car le niveau de difficulté était trop élevé pour moi. Avec un guide expérimenté qui grimpait en premier de cordée, je pouvais alors suivre en toute sécurité, apprendre de mon guide, et vivre l’expérience de grimper une voie de haut niveau.

C’est tout à fait la même chose en ce qui vous concerne. Vous ne vous sentez pas l’expérience nécessaire pour organiser et vivre seul avec votre famille une aventure dans le désert de Thar, en Inde, à dos de dromadaire, mais vous avez envie de ce genre d’aventure ; elle peut être réalisée en toute sécurité. Vous rêvez d’un safari en Tanzanie mais l’idée de débarquer seul avec vos trois enfants à Dar Es Salam et de devoir négocier sur place un safari vous enlève tous vos moyens. Vous avez décidé de marcher la fameuse route des Incas qui mène au célèbre Machu Pichu avec vos deux enfants de 8 et 12 ans et vous voulez aussi ensuite vous offrir le privilège de passer quelques nuits sur l’île du soleil sur le lac Titicaca mais l’entreprise vous semble démesurée. En fait, elle ne l’est nullement.

Ou, tout simplement, vous voulez savourer pleinement la compagnie de votre conjoint(e) et de vos enfants et tous les attraits disponibles, pendant un voyage en famille, en délaissant la logistique inévitable d’un tel voyage : préparation ou révision de l’itinéraire et du calendrier, réservations d’hôtels, d’avions, d’autos de location ou de trains, localisation d’endroits agréables et salubres où manger, etc…

Un guide privé vous permettra de vous aventurer là où vous n’auriez jamais osé le faire seul avec vos enfants. Avec un guide privé à votre service pour sécuriser vos déplacements et vos activités, pour vous aider, avec son expérience de père de famille, à juger du degré de fatigue, de l’hydratation, etc. de vos enfants, vous pourrez vous concentrer à votre rythme sur la beauté du lieu et le plaisir d’avoir vos enfants avec vous en abandonnant la logistique à quelqu’un d’expérimenté, à l’écoute des besoins de votre famille. Un luxe, certes, mais qui donne tellement de latitude. Toute l’inquiétude face à la santé des enfants, au choc culturel, à la nourriture sera amoindrie par la présence de ce guide, lui-même père de deux enfants qui sera à l’écoute des vôtres.

Conseils aux voyageurs: Altitude en Bolivie

Dec 16th, 2008 Posted in Extrait de mon journal de bord., Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

Extrait de mon journal de bord :

Bolivie, expédition sur le Sajama, 2001

Camp de base du Sajama; 4 965 mètres. C’est haut, très haut. Tous s’acclimatent à merveille. Dame nature nous a forcé la main. Le matin du 5, notre transport s’en retournait à La Paz et la décision devait être prise concernant la voie que nous voulions escalader. Mais, la montagne étant dans un complet brouillard, nous ne pouvions apercevoir la voie nord, notre premier choix. La voie normale s’est donc imposée. Ajoutons à cela que pour avoir accès à la voie nord c’était beaucoup plus compliqué et qu’en dehors de la voie normal, muletiers et porteurs du village de Sajama sont complètement ignorants. La température est très instable : il pleut, il neige, il grêle, ça se couvre, ça se dégage. La réalité de la montagne me revient : une succession de moments grandioses et de moments très durs.