Extrait de mon journal de bord:Mon chemin de Compostelle.

 

San Xulian. 28 kilomètres de route, aujourd’hui. Nous voilà tous réunis dans une magnifique petite Alberqué (Auberge) privée. Son charme n’a d’égal que la bouille resplendissante de son propriétaire. Tellement cool, l’aubergiste. Il aime le monde, il aime le chemin et ses pèlerins.

Les 3 Français, par un drôle de concours de circonstance sont tous réunis ici se soir. Ça promet comme soirée. Une autre délicieuse journée à marcher le camino (le chemin) Il en reste si peu. On regarde les bornes sur le bord de la route, ces bornes décorées de la coquille de Saint-Jacques et de ces fameuses petites flèches jaunes qui nous montrent le chemin et avec appréhension on se dit : « Oh! Mon Dieu, il en reste si peu ». À peine 75, en fait. Le 27, nous serons à Santiago. Il reste deux étapes avant la finale qui ne sera que de 10 kilomètres. J’écris dans mon journal à la grande table. C’est ici que nous mangerons ce soir, tous ensemble, comme des pèlerins que nous sommes, réunis par notre but, par notre quête, même si elle est différente pour chacun. Un beau feu de bois réchauffe mes pieds. Ma belle amour fait son petit somme d’après étape. Le silence est sur moi, le calme et la paix du chemin m’inondent. Que demander de plus à la vie ? Rien. Rien d’autre. Il s’agit plutôt de remercier, seulement de remercier.

This entry was posted on Wednesday, December 17th, 2008 at 12:00 pm and is filed under Conseils aux voyageurs, Sur la route en voyage. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Leave a reply

Name (*)
Mail (will not be published) (*)
URI
Comment