Le premier pas sur le chemin de Compostelle….toujours le plus difficile !

Voici les confidences d’Armel, un Pèlerin (Français) de mes amis, merveilleuse rencontre et avec qui j’ai marché dans le plaisir une partie de son chemin de Compostelle.  Le premier pas dont il fait allusion ici, c’est………..d’y aller, de partir !

 

Comment en êtes-vous arrivé à penser à Compostelle et à son chemin ?

DSC_0263 J’avais bien entendu parlé du Chemin de Compostelle comme beaucoup de monde sans jamais m’y intéresser pour autant. L’Association de la bibliothèque de ma commune en 2000, je crois, avait invité Léo Gantelet de Seynod à coté d’Annecy pour présenter le livre qu’il venait d’écrire à son retour de Santiago de Compostelle pour lequel il avait parcouru les 1830Km en une seule fois. J’avais été très impressionné par cette performance. La lecture de son ouvrage me confirma qu’un jour je ferai ce périple. Deux années plus tard 2 amis de la troupe de théâtre dont nous faisons parti, arrivés à l’âge de la retraite prirent leur bâton et relièrent Le Puy en Velay à Santiago de Compostelle. Là encore leurs récits au retour me ravivèrent cette envie de prendre moi aussi mon sac. J’avais vu dans leurs yeux une flamme d’émotion que je retrouvais à chaque fois que nous abordions le sujet.

Quand avez-vous commencé votre chemin ?

Il fallait attendre l’opportunité, elle se présenta en juin de cette année et le 12 août au matin devant la maison, j’embrassais ma famille, et quittais mon village, à pied, non sans une appréhension au ventre devant l’ampleur de la tâche et l’idée que je pourrai échouer. Mais nous parlons là du départ physique de ce pèlerinage. En fait ce périple avait commencé depuis longue date dans ma tête, la graine était entrain de gonfler mais son écorce n’avait pas encore craqué et trouvé le terrain et les conditions favorables. Car il y a bieDSC_0188

n sur toute une organisation à mettre en place pour que cela devienne possible. Merci à mon épouse d’avoir rendu ce rêve réalité. Sur le chemin j’ai souvent entendu cette maxime : « l’important c’est le premier pas ». Beaucoup de mes connaissances m’ont dit et me disent encore « C’est un beau projet, que j’aimerai bien faire…mais…. » ….Mais voilà il y a ce premier pas à franchir !

Comment avez-vous abordé ce chemin ? Quelles ont été vos réflexions avant ce départ ?

Tout d’abord je veux ici préciser que ma démarche n’était pas spirituelle, mais bien axé sur l’aventure et le challenge. Concernant le trajet dans ma tête il n’y a jamais eu de doute sur le choix du chemin ; je souhaitais partir de ma maison et rejoindre le Puy en Velay, puis la voie normale jusqu’à Santiago par St Jean Pied de Port. En fait je voulais me mettre dans les conditions des pèlerins des siècles passés qui bien sur ne prenaient pas un TGV pour aller prendre leur départ ailleurs que chez eux. Je parle là que du point de départ et non du matériel qui était pour eux très précaire. Mon épouse elle était moins d’accord sur ce choix eu égard aux 12 jours supplémentaires nécessaire pour me rendre au Puy, là aussi merci à elle d’avoir accepté ce sacrifice. Mes réflexions ont plus porté sur mes capacités à accomplir ce long raid que sur une préparation intellectuelle proprement dite. Je n’avais pas d’objectif ou d’idée précise. Le coté nomadisme, découverte, liberté, rencontre ont été les seules visions que j’avais retenues de mes lectures et conférences sur ce chemin.DSC_0120

This entry was posted on Sunday, January 4th, 2009 at 2:58 pm and is filed under Conseils aux voyageurs, La planification d'un Voyage. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Leave a reply

Name (*)
Mail (will not be published) (*)
URI
Comment