Kayak de mer sur le fjord du Saguenay

Aug 20th, 2015 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure | Comments Off

Le fjord du Saguenay est l’un des plus beau endroit au Québec.  Une petite perle qui vaut la peine d’être découvert.

Le kayak de mer est une façon merveilleuse de parcourir le fjord.Kayak de mer 2015 019

Un retour sur la John Muir Trail cet été !

Mar 24th, 2015 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

DSC00668La John Muir Trail est consacrée comme le plus beau sentier américain et un des 10 plus beaux du monde. Sur plus de 340 kilomètres, la piste traverse les parcs nationaux et les régions sauvages de la Sierra Nevada en Californie. Tout y est : paysages à couper le souffle, lacs turquoise, rivières limpides, sommets rocheux spectaculaires. Pendant les 21 jours que dure cette traversée pédestre en autonomie, le temps s’arrête, plus rien n’existe que cette nature grandiose et l’effort qu’elle demande pour se laisser contempler.

Marcher à nouveau ce petit coin du paradis  sera un grand bonheur.  Et il va de soit que tous est plus simple lorsqu’on l’a déjà fait; obtention des permis, équipement, préparation, choix de la nourriture, etc.

Cette fois-ci nous marcherons le chemin en 18 jours et comme il y a 2 ans nous ravitaillerons principalement au Muir Trail Ranch.  La forme est bonne, on sait qu’il ne pleut presque jamais, que le soleil sera présent chaque jour, on a bien hâte.  Il nous reste à nous informer des conditions de neige pour cette année car à cette altitude la neige peut causer problème si elle n’est pas encore fondue lors de notre passage.  Vive l’aventure.

DSC00348

Voyage d’aventure en Mongolie

Aug 25th, 2014 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure | Comments Off

La Mongolie, pays du bout du monde.  Des paysages époustouflants !

DSC01745

1800 km à vélo en autonomie de Bayan Olgyi à Ulaan Baatar, tout une aventure.

DSC02554

Des rencontres d’un autre monde

DSC01636

Un vélo (Le Trek 520) qui a tenu le coup dans les pires conditions.

DSC01930

Des nomades sur la route témoins d’un mode de vie unique

DSC01663

Un grand défi que nous avons relevé avec bonheur

DSC01872

Distance et performance sur le chemin de Compostelle

Jan 23rd, 2014 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure, Sur la route en voyage | Comments Off

DSC_0276

La distance que vous choisirez de parcourir chaque jour sur le chemin de Compostelle est infiniment personnelle. Si vous êtes un bon marcheur ou une bonne marcheuse ici, vous pouvez déjà mieux évaluer votre forme physique et fixer vos objectifs en conséquence. Mais ne sous-estimez pas le chemin. Marcher trois ou quatre jours consécutifs lors d’une sortie au pays est très différent de marcher 18, 25 ou même de 35 jours de suite dans un pays qui n’est pas le vôtre, à dormir dans un lit qui n’est pas le vôtre et à manger une nourriture qui n’est pas la vôtre. Votre corps vous parlera tout au long du chemin. Il vous le dira lorsque tout va bien et que les distances que vous couvrez journellement sont bonnes et il vous le dira également lorsque vous exagérerez. Libre à vous alors d’écouter ou de passer outre à la petite douleur annonciatrice de fatigue. Ce que vous ne devez pas oublier, cependant, sur un sentier comme le Compostelle, c’est que plusieurs jours de marche sont encore devant vous et qu’une sourde oreille à un petit problème d’entorse, à un début de tendinite, à une fatigue généralisée peut résulter en une obligation de s’arrêter complètement pour deux, quatre ou six jours et c’est précisément ce que l’on veut à tout prix éviter.

Ne vous évaluez pas en fonction des autres marcheurs, de vos DSC_0374amis ou de votre conjoint(e) qui vous accompagne. Vous devez absolument résister à l’envie de dépasser vos limites pour pouvoir suivre un ami rencontré sur le chemin, ou l’ami ou le conjoint qui vous accompagne.

Prévoyez marcher en moyenne entre 15 et 30 kilomètres par jour, selon votre forme et votre endurance. « Oh! Facile, 30 kilomètres c’est juste 6 heures de marche par jour à raison de 5 kilomètres à l’heure ». Pas vraiment! C’est évaluation ne tient pas compte des arrêts, des poses repas, etc. Une moyenne de 3.8 ou de 4 kilomètres l’heure est plus réaliste. Pour 30 kilomètres, on parle plus réalistement de 7h30 à 8h00 de marche. Ce n’est pas rien ! Le soir, il faut encore laver son linge, s’approvisionner en fruits, en barres énergétiques, etc. Le lendemain, vous serez peut-être dehors à 7h30 ou même 6h00, alors vous aurez tendance à vouloir vous coucher tôt.

Mais un conseil s’il en est un: En cas de doute partez, allez-y, lancez-vous !!!

Voyage en famille, voyage d’aventure. Retour de la John Muir Trail

Aug 8th, 2013 Posted in La planification d'un Voyage de plein air et d'aventure, Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure | Comments Off

DSC00598

Il y a déjà une semaine que nous sommes revenus de ce magnifique treck sur la mytique John Muir Trail et ma foi j’en suis encore tout imprégné. Les paysages étaient comme promis époustouflant. Je suis allé plusieurs fois en Himalayas et je peux affirmer que c’est comparable comme paysages et nature grandions. Nous aurons marché 21 jours pour couvrir les 340 kilomètres qui sépare la vallée des Yosemites au mont Whitney. Il faut ajouter à cela une excursion d’une journée sur le célèbre « half Dome » et les 13 derniers kilomètres qui nous séparent de Whitney Portal, petit village d’où tous les JMT marcheurs sortent.DSC00389

Notre ravitaillement en nourriture c’est fait sans problème. Nous avons choisi d’apporter avec nous à San Francisco les 21 jours de nourriture dont nous allions avoir besoin et de poster le tout à San Francisco. Nous avons passé les douanes Américaines sans problème et la poste étant très efficace aux États-Unis, nos boîtes nous attendaient aux deux postes de ravitaillement que nous avions choisi. Donc nous portions : 1 x 5 jours de bouffe, 1 x 7 jours de bouffes, et un 9 jours de bouffes pour un total de 21 jours. Assez lourd le dernier ravitaillement mais nous étions sur la piste depuis plus de 10 jours et la forme permettait ce poid supplémentaire. Ce choix nous a semblé très bon sur la piste alors que d’autre marcheur devait quitter la piste pour aller se ravitailler dans un village plus loin.DSC00737

Nous revenons avec 10 livres de moins chacun. La forme est spectaculaire. Avec une semaine de plaisir et de bonne bouffe à San Francisco, logeant dans un hôtel à 180,00 $ la nuit, il nous en aura coûté, incluant les billets d’avion , la nourriture sur la piste et tout, près de 3000,00 $ pour cette aventure qui en valait drôlement la peine. Mais ne vous y trompez pas, même si nous nous baignions chaque jour dans les magnifiques lacs et rivières rencontré sur le chemin, le défi physique reste de taille. Ne pas le sous-estimer.

DSC00757

Quelques conseils lors de l’achats de souvenirs en voyage

Dec 1st, 2009 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

L’achat de souvenirs est un grand plaisir.  Si vous êtes de ceux qui apprécie rapporter des objets exotiques voici quelques conseils de voyageur.

Mon expérience me prouve que lorsque l’on trouve quelque chose qui nous plaît beaucoup et dont on est sûr de l’intérêt, mieux vaut l’acheter sur-le-champ plutôt que de penser rencontrer cet objet plus tard dans une autre ville. Souvent, chaque ville ou village a ses spécialités, surtout en ce qui a trait à l’art local et on ne retrouve pas nécessairement les W Ladakd 2009 701mêmes produits partout. Si vous êtes au début de votre voyage et que vous ne voulez pas trimballer ce bagage supplémentaire, considérez le poster dès que vous rencontrerez un bureau de poste dans une grande ville. Ces derniers sont plus fiables que les comptoirs postaux éloignés dans les petits villages.

Souvent, les articles que l’on achète peuvent être emballés dans le magasin même, pour éviter qu’ils ne se brisent dans l’avion au retour. Spécifiez-le tout en négociant le prix. Si l’objet est volumineux ou lourd, demandez que l’on vous fabrique une poignée en corde pour faciliter les déplacements. S’ils ne peuvent pas vous l’emballer convenablement, les bureaux de poste offrent habituellement ce service. L’emballage est parfois gratuit si vous postez votre colis sur place, sinon on vous demandera quelques dollars.

Si vous êtes à la fin de votre voyage, vous pouvez considérer l’achat d’une valise supplémentaire pour y ranger tous vos souvenirs (surtout s’ils sont nombreux) et ainsi vous éviter le désagrément d’avoir des bagages à main supplémentaires dans l’T100avion. À la fin de notre voyage au Sri Lanka, nous avions entre les mains un magnifique masque en bois qui faisait 1 mètre de long. Quelques jours avant le départ, un menuisier voisin de notre hôtel nous a fabriqué un coffre en bois brut sur mesure, pour 20 dollars seulement, pour nous faciliter le retour. Pendant notre dernière semaine en Tanzanie, nous avons parcouru un marché local et acheter une valise en plastique pour y mettre des sculptures fragiles enroulées dans des draperies peintes que nous avions acheté tout au long du voyage. Tout est arrivé intacte à la maison !

Un conseil : soyez très prudents et même réservés dans l’achat de vêtements typiques des pays visités. Une femme peut se sentir très élégante et à l’aise de porter son magnifique sari en Inde, mais de retour dans son patelin, après l’avoir porté une fois pour le montrer à ses amies, elle risque de se sentir beaucoup moins à l’aise et de regretter le montant qu’elle y a consacré.

T366

Images du Ladakh

Aug 27th, 2009 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

Le camping d'hiver en famille, une aventure exigeante !

Mar 9th, 2009 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

Voilà les impressions de mes filles, Rosemarie et Victoria, sur l’aventure d’un camping d’hiver sous l’igloo vécu il y a quelques jours:

Un camping d’hiver n’est pas chose facile! Même du haut de mes 16 ans, je n’en avais aucune conscience!

camping hiver 2009 1034

Ce n’est que lorsque nous sommes arrivés sur les lieux que j’ai compris la complexité de la chose : Il n’y avait rien! Une grand étendue blanche, rien de plus. J’avais peine à croire que d’ici quelques heures de travail acharné, nous réussirions à nous établir dans un igloo.

camping hiver 2009 952

camping hiver 2009 986

Quand tout fut terminé, la vraie survie commençait! Le bois pour le feu, la nourriture à faire cuire ainsi que notre chaleur, qu’il fallait garder à tout prix! Vivre dans le froid n’est pas chose aisée. Mais ce n’est qu’après l’avoir vécu que je peux vous le dire! Les nuits sont longues et peuplées de réveils trop tôt. Le soir, avant de s’endormir une inquiétude plane. Serai-je capable de conserver ma chaleur durant la nuit? Je vous dirais que c’est ce que j’ai trouvé le plus difficile.

camping hiver 2009 1001

camping hiver 2009 990 camping hiver 2009 932

Mais pour ce qui est du reste, en ce qui me concerne, c’est une expérience formidable qui nécessite une organisation sans faille et de l’entraide. Si chacun participe, survivre devient chose amusante !

Rosemarie Houde, 16 ans

Pour moi, Victoria, le froid, c’est difficile. En fait, je dirais que c’est la chose la plus difficile en camping d’hiver. Alors, si vous décidez d’en faire un, apportez-vous beaucoup de linge de rechang

camping hiver 2009 1024e et de linge chaud. Moi j’ai adoré ça, mais j’ai trouvé ça dur.

C’est difficile de se lever le matin car on est dans notre sleeping bag tout chaud et quand on sort, c’est gelé ! En plus, on perd notre chaleur conservée en s’habillant. Ç’a été le cas pour moi.

Puis aussi, mon sleeping bag est gros et moi je suis toute petite dedans alors c’est dur de garder la chaleur dans tout le sleeping. On était sensé coucher 2 nuits et la première a été assez pénible pour moi. Je me levais à chaque 15 minutes pour aller faire pipi et il fallait que je refasse toute ma chaleur par la suite. Car le froid donne envie d’aller aux toilettes…Enfin, dans l’ensemble, c’était très bien ! Le dernier soir, un petit incident est arrivé. C’est pourquoi nous avons couché seulement une nuit. Si vous allez un jour en camping d’hiver, quand vous n’êtes pas là dans l’igloo, n’allumez pas des chandelles. Car nous, on a eu une leçon de vie ! Une des chandelles était trop proche du bord…et POUFF !! Le feu a prcamping hiver 2009 994is dans l’igloo !

Je sais que c’est dur à avaler, mais 3 sleepings sont « scrape » si je peux me le permettre. Toutes les plumes revolaient. J’ai eu peur au début mais c’est passé. J’ai été la première à voir le feu sortir du trou pour faire sortir l’air et la fumée. Au début, je n’avais vu que la lueur des chandelles sortir mais tout-à-coup, une GROSSE flamme a sorti du trou ! Alors là, je me suis dis que ce n’était pas juste les chandelles…Enfin, nous étions au fond d’un champ à un des amis de mon père car il a élevage de chevaux. Donc nous avons tous pris nous affaires et marché, marché, marché. Puis nous somme arrivés a la maisonnée et nous avons couché là.

Conseil pour voyageur: Compostelle. Pèlerin avant tout

Feb 17th, 2009 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure, Sur la route en voyage | no comment »

Voici le dernier chapitre des confidences d’Armel, un Pèlerin (Français) de mes amis, merveilleuse rencontre et avec qui j’ai marché dans le plaisir une partie de son chemin de ComDSC_0619postelle. 

Le chemin de Compostelle est en vérité un voyage qui ne finit pas !

 

Ou se trouve le voyage ? Quels types de voyageurs y trouve-t-on ?

Le voyage est personnel, on fait chacun son propre voyage même si nous marchons de concert et vivons les mêmes évènements. Chacun à ses propres objectifs et ses propres attentes. Nous devons respecter ces différences et ces besoins d’isolement au cours de la journée, c’est aussi une question de respect pour les autres. Bien sur pour certain c’est un voyage spirituel mais pour beaucoup c’est une démarche de recherche interne, certains marchent pour « se trouver ». Mais déjà le fait de mettre des mots sur tel ou tel objectif est réducteur et limitant. D’autre part le terme « voyageur » est mal approprié à mes yeux, tout autant que celui de touriste; nous sommes pèlerin avant tout autre chose. Il est très difficile de faire du tourisme avec un sac de 12 kg sur le dos, à la force de ses mollets. Nous sommes sur le chemin comme sous un tunnel virtuel, en train de suivre le balisage et la voie lactée que des centaines de milliers de pèlerins ont déjà suivie. Il y a comme une force mythique qui nous envahi en passant sous des portes d’entrée de ville millénaires, en suivant une voie romaine, en foulant des sentiers chargés d’histoire et de légende ou tout simplement en passant un col…et dès que, pour une raison ou une autre, ont s’éloigne du chemin on a l’impression étrange de ne plus être « chez nous ». C’est cette sensation bien connue des Jacquets (les pèlerins de St Jacques) qui fait dire à certain qu’il y a « quelque chose «  qui nous protège et nous porte vers SaDSC_0665ntiago.

Mais alors pourquoi part-on vers Compostelle ?

Beaucoup répondrons qu’ils ne savaient pas pourquoi il le faisait. Je suis peut-être un peu de ceux-là. Par contre je dis depuis en forme de boutade « Si j’ai un seul regret d’avoir fait le chemin de Compostelle, … c’est qu’il ne soit plus à faire pour moi». Pour la première fois s’entend car on ne doit ressentir qu’une seule fois l’émotion de l’arrivée et de la découverte de la cathédrale de Santiago en Galice.

Comment avez-vous vécu la fin de ce pèlerinage ?

Si l’on parle de la fin « géographique » du trajet, je dirais que c’est l’aboutissement et la récompense, un sentiment de plénitude et de bonheur, mais mêlé à de la mélancolie et de l’émotion de voir s’arrêter ce quotidien plutôt insouciant, de devoir abandonner les amis que l’on c’est forgé au fil des pas. Par contre si l’on parle de la fin du chemin au titre de l’esprit, je dirais que ce chemin là ne se termine jamais (du moins je l’espère) ce n’est pas une ultime page du livre que l’on tourne, le livre reste ouvert et inachevé. Au hasard d’une lecture en cours de route un ami Québécois m’avait lu un passage sur ce sujet : « Ton chemin commencera lorsque tu auras assimilé tout ce que tu as appris sur … le chemin ». Vous pouvez constater que la tâche est ardue…

Conseils de voyage: Le silence envoûtant du chemin du chemin de Compostelle

Feb 15th, 2009 Posted in Conseils aux voyageurs, Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure, Sur la route en voyage | no comment »

DSC_0062

 

Il est difficile de décrire combien 900 kilomètres à pied à travers tout un pays dépose de silence et de paix sur une âme.

 

 

Que l’on parte à deux ou à quatre, qu’on marche ensemble ou séparément, marcher 8 heures par jour demeurera une expérience solitaire et silencieuse. Les rencontres sont nombreuses sur le chemin de Compostelle et pourtant la belle conversation du matin sera suivie de silence, le bavardage de l’après-midi sera suivi du silence, l’effort de fin de journée, alors que le corps souffre, sera également vécu dans le silence. Ce silence, il finit par nous entourer, il finit par nous habiter. C’est le chemin qui le fait naître et c’est à travers lui qu’il pénètre en nous. Et bientôt on s’y habituera, on le désirera même, ce silence. Il nous manquera lorsque le bruit des grandes villes que nous traverserons comme pèlerin nous assaillira, il nous manquera lorsque, certaines journées trop pleines de rencontres, il nous aura délaissé. Mais c’est au retour seulement que l’on prendra vraiment conscience de l’effet que tout ce silence aura eu sur nous.

DSC_0031

C’est au retour que l’on comprendra vraiment que ce silence non désiré et non recherché a priori nous aura transporté plus loin que le chemin lui même. Avec le parfois difficile retour à notre vie réelle, avec la pléiade de tâches accumulées qu’implique une longue absence de notre milieu, le silence du chemin nous fera cruellement défaut. On le cherchera sans plus savoir où le trouver. On croira même qu’il s’en sera retourné sur le chemin. Point du tout, il sera toujours là, le silence, seulement plus difficile à aller chercher dans notre vie de tous les jours, seulement plus difficile à saisir. C’est dans la rigueur que vous le retrouverez, dans l’effort réel de le recapturer. Dimanche prochain, au lieu d’aller au cinéma ou magasiner au centre commercial, des trucs dont vous n’avez pas vraiment besoin, allez marcher….…. le silence sera là….sous vos pas !

DSC_0634