Voyages en famille. Vivre à l’hôtel avec ses enfants II. (extraits de nos journeaux de bord)

Jul 24th, 2012 Posted in Extrait de mon journal de bord., Sur la route en voyage avec ses enfants | Comments Off

97

Myanmar, Nagpali, 1997

Marie-Chantal (Rosemarie, 4 ans, et Victoria, 3 mois)

Je me suis assoupie avec Victoria. Elle boit lentement, la coquine. Je crois qu’elle va dormir encore une heure. Rosemarie a passé tout ce temps avec les pêcheurs locaux à démêler les filets pleins de poissons et de crustacés étranges. Je l’entends s’exclamer d’ici. Je vois Michel sur la plage, un peu plus loin. Il écrit dans son journal. On a bien fait de changer de chambre, ce matin, même si le toit est un peu décrépi et que les toilettes font parfois défaut. La petite hutte dans la jungle était bien mignonne mais nous aurions eu l’impression d’être toujours séparés. Allaiter avec vue sur mon chum, ma fille et la mer est bien plus agréable qu’avec vue sur les bambous et les cocotiers… toute seule.

38

Mexique, Tulum, 2000

Michel (Rosemarie, 7 ans, et Victoria, 3 ans)

Il vente beaucoup aujourd’hui, un peu comme hier. Rosemarie ne tenait plus en place, elle est allée se promener sur la plage avec sa maman. Je reste avec Victoria qui dort. Toute la nuit, le son des vagues nous a bercés. Quel plaisir de pouvoir voir la mer en ouvrant la porte de son bungalow ! Notre réservation d’avant départ avait été bien enregistrée, notre chambre nous attendait. La chambre n’est qu’à 6 mètres de la mer. D’ici, nous pourrons surveiller les enfants efficacement et Victoria pourra faire son dodo de l’après-midi sans problème.

170

Inde, Jaisalmer, 2005

Victoria, 7 ans

Notre hôtel s’appelle Victoria, comme moi ! Le monsieur de l’hôtel m’a dit que j’étais la reine de la place et il me donne souvent des oranges et des peanuts ! Les trois autres messieurs sont des Népalais et ils sourient tout le temps. Notre chambre est ronde parce que nous sommes dans une tour du fort. Aussi, il y a un balcon suspendu dans le vide où il y a plein de coussins multicolores. On peut voir le beau coucher du soleil au bout du désert. Papa et maman le regardent tout le temps.

Voyage en famille: Vivre à l’hôtel avec des enfants

Jun 25th, 2012 Posted in La planification d'un Voyage avec enfants, Sur la route en voyage avec ses enfants | Comments Off

Lorsque nous voyageons sur une période de plus de deux semaines avec les enfants, nous privilégions les petits hôtels ou guest houses de deuxième ou troisième classe opérés par des familles. Cette information est souvent spécifiée dans les livres guides et chaque fois elle nous a valu beaucoup de plaisir sur place avec nos hôtes et leurs enfants.

T94

Rien de plus touchant que de voir nos enfants fraterniser avec des enfants d’une autre culture. La barrière de la langue n’existe pas et, des deux côtés, les parents sont ravis de voir leur progéniture s’ouvrir sur le monde. 85Dans les villes plus peuplées, à la circulation plus dense, nous essayons de choisir des hôtels avec des jardins intérieurs. Ces havres de tranquillité et de verdure peuvent apporter un moment de répit aux enfants comme aux parents. Pendant la sieste de l’un, l’autre peut courir dehors à l’abri des voitures et de la pollution. On peut souvent y manger et l’endroit est toujours une belle alternative à l’exiguïté de la chambre d’hôtel. À peu près partout dans le monde, pour la saison de Noël et du Nouvel An, à moins de choisir d’aller défoncer l’année à Oulan-Bator en Mongolie, il est conseillé de réserver à l’avance, surtout si vous allez à la mer. Si vous arrivez sur place avant le 15 décembre, pas de problème, vous aurez largement le temps de magasiner et de trouver, mais sachez qu’avec Internet, les gens ont beaucoup plus de facilité qu’avant pour réserver et il se peut que déjà la moitié des plus beaux coins soient réservés. Alors si vous prévoyez atterrir le 22 décembre pour vous pointer sur la plage le 23 au matin et que vous espérez dénicher la perle, oubliez ça ! J’ai déjà vu un couple de voyageurs arriver sur l’île de Kho Phi Phi, en Thaïlande, un 23 décembre au matin et devoir reprendre le bateau le soir même, faute de place sur l’île.

T18

À Tulum, au Mexique, en 2000, jamais nous n’aurions pu avoir un bungalow sur la plage à Noël si nous n’avions réservé avant notre départ. Encore une fois, avoir un bungalow à 500 mètres de la plage, un peu reculé dans la jungle, ne change pas grand-chose qu’on soit en couple ou seul, mais avec un enfant de 2 ans qui doit faire une sieste, qui doit aller à la toilette régulièrement et qui doit manger, c’est bien agréable d’avoir sa chambre à 20 mètres de la mer. T72Ajoutez à cela un autre enfant, de 5 ans celui-là, qui a un autre rythme que son petit frère ou sa petite sœur et le bungalow sur la plage devient une bénédiction. Le parent qui se charge de rester avec le plus jeune qui fait sa sieste peut lire à l’ombre en profitant du vent de la mer et si l’envie de se baigner lui prend, le conjoint est juste à 20 mètres en avant sur la plage. C’est dans tous ces petits détails et cette organisation que réside le secret d’une aventure réussie.

Voyage en famille réussit : un retour de l’Équateur dans la joie et le sourire. Voyager avec ses enfants restera toujours un des plus beaux moments que l’on puisse s’offrir.

Jan 27th, 2011 Posted in La planification d'un Voyage avec enfants, Sur la route en voyage avec ses enfants | Comments Off

L’Équateur est déjà derrière nous. Ce fut le sourire aux lèvres et la joie dans le cœur que nous avons repris contact avec le monde d’ici il y a déjà plus d’une semaine. Notre aventure d’un mois en Amérique du sud aura été un succès sur toute la ligne dont le point le plus important, resserrer les liens enfants parent. Partir avec une cégépienne de 18 ans et passer un mois à circuit fermé avec elle et sa sœur de 13 ans est en vérité un défi. 18 ans est justement l’âge ou on laisse ses parents pour aller voir par soi-même, justement l’âge ou on veut la « paix »…..pas celle où l’on choisit de se confiner avec l’autre pendant un mois.

DSC_0012

Eh bien, qu’à cela ne tienne, nous nous serons redécouvert. Voyager avec mes deux grandes filles fut facile et agréable. Leur grande autonomie a été très douce sur le papa voyageur. Nous aurons vue des choses exceptionnelles aux fantastiques iles Galápagos bien entendu mais aussi ailleurs dans l’arrière-pays.

Nous aurons fait finalement et sans dépasser le budget prévu une croisière de 8 jours aux iles Galápagos sur un bateau qui s’est avéré impeccable à tous les niveaux. Le reste du mois après quelques transits obligatoires à Quito nous l’aurons passé sur les flancs du Cotopaxi, dans les montagnes de Quilatoa et de sa célèbre boucle qui passe par le fabuleux marché de Saquisili. Banos fut des plus agréable et la fin…..celle qui était en suspend (le plaisir de ne rien réserver et de pouvoir choisir sur place ce qui plait le plus au moment où nous sommes rendus à le vivre) Et la fin dis-je nous l’avons passé à Mantanita, à la mer, à « chiller » comme aurait dit Rosemarie sur la plage du pacifique.

DSC_0601

Pas de pépin, pas de peur dont nous n’avions pas besoin, pas de maux de ventre et de problème intestinaux……quand on dit impeccable !!!

Merci la vie.

Je vous reviens avec des renseignements plus pointus sur les Galápagos. Parce que finalement ce n’est pas si facile de s’y retrouver et il y a beaucoup de place pour les embrouilles ou les problèmes sur ces croisières. Beaucoup de points ou il faut simplement être chanceux et d’autres qu’on peut absolument évité en prévoyant bien.

DSC_0642

Conseils de voyage: sur la route avec des enfants demeurons ouverts et souples

Apr 20th, 2010 Posted in Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

Extrait de mon journal de bord : Inde, Chokori, 2005

(Rosemarie, 11 ans, et Victoria, 7 ans)

Ce que c’est drôle, tout de même, les hauts et les bas du voyage. Que c’est beau ici, tellement beau ! Ce soir, nous avons vu l’Himalaya dans toute sa splendeur. Les Panchuli Peaks avec leurs cinq pointes, le Nanda Devi, le Nanda Kot, tous ces pics enneigés,

teintés du rose d’un soleil déclinant. 67

Merci, la vie, pour ce moment inoubliable. Sur le chemin du retour, nous avons croisé

une école où les enfants sont pensionnaires. Un des professeurs nous invite à entrer avec nos deux filles et nous voilà  dans les

dortoirs de la petite école à visiter les enfants. On s’échange des chansons ; Victoria et Rosemarie qui chantent « 193Dame

Conseils de voyage: Voyager enceinte confortablement et sans danger

Mar 25th, 2010 Posted in Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

Bonjour à tous mes lecteurs.  Aujourd’hui c’est Lisa qui vous écrit, une première collaboration ensemble.  Elle a choisit un sujet pour la femme enceinte.  Bonne lecture.

 

En attendant bébé, les femmes enceintes sont souvent tentées de voyager, avec l’idée qu’elles ne seront en mesure de le faire par la suite que moins souvent. Pour autant, il existe certaines mises en garde ou restrictions suivant l’avancement de la grossesse. S’il existe des contre-indications purement médicales, le confort et la fatigue sont souvent les facteurs qui réduisent les voyages de la femme enceintes.

Les voyages en voiture

La voiture est un moyen de transports très répandue souvent fatigant pour tout le monde. Sur de longs trajets et au troisième trimestre de grossesse, il sera particulièrement inconfortable pour la femme enceinte, qui devra rester assise. La circulation du sang étant malmenée, il est conseillé de s’arrêter régulièrement pour marcher quelques minutes. Boucler sa ceinture et l’installer sous le ventre reste une der recommandations de base ainsi que de se munir d’une bouteille d’eau et d’un brumisateur. Au huitième mois, il est toutefois peu envisageable de se déplacer sur de longues distances, que vous soyez conductrice ou passagère.

A contrario, le train sera plus confortable, avec un déplacement plus fluide et des secousses moins nombreuses, occasionnant ainsi moins de contractions. Et les couloirs permettront de se déplacer souvent pour s’étirer et se dégourdir les jambes.

Prendre l’avion enceinte

Si vous désirez aller à l’étranger ou sous les tropiques pendant votre grossesse, l’avion reste le moyen de transport le plus pratique mais pas forcément le plus recommandé. En effet après deux heures de vol et donc d’immobilité, la circulation du sang ralentit et le risque de phlébite est fortement amplifié. Ainsi, porter des bas de contention, se lever le plus souvent possible (demandez une place couloir), faire des exercices d’assouplissement des jambes, ne prenez pas de somnifères et buvez exagérément beaucoup d’eau.

Dans tous les cas, le voyage dernière minute n’est pas vraiment possible, il vous faudra demander conseil à votre médecin et pour celles ayant eu des antécédents de phlébite, vous pourrez toujours bénéficier d’une injection d’anticoagulant.

Bateau, moto ?

Une croisière sur un ferry ne pose aucun problème si la future maman ne souffre pas du mal de mer. En revanche, les voiliers ou toute autre embarcations susceptibles de produire de fortes secousses sont fortement déconseillés.

De même, la moto, après le premier trimestre, reste potentiellement dangereuse en raison du risque relativement élevé de chutes. La position sera vraiment inconfortable dès l’apparition des premières rondeurs.

Conseils et prévention

Quelque soit votre destination, assurez-vous de repérer les centres de soin avant de partir, d’avoir noter les numéros de téléphone et d’emmener avec vous vos résultats médicaux. Pour les voyages dans les pays du Sud, sachez que seule la vaccination pour la fièvre jaune est autorisée après le premier trimestre.

Dans tous les cas, prévoyez impérativement un rendez-vous chez votre médecin avant de partir histoire d’être assurée que vous êtes une femme enceinte en santé.

Guide du voyage en famille.

Feb 26th, 2010 Posted in Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

 

Depuis sa parution, il y a maintenant 4 ans, j’ai eu plusieurs rencontres de consultation avec des familles désireuses de voyager qui souhaitaient clarifier ou explorer davantage certains aspects du ou des voyages.

Un des principaux points sur lesquels elles demeuraient hésitantes est le choix d’une destination.clip_image002

Presque toutes les destinations peuvent être envisagées lorsqu’on voyage avec des enfants. Mais ça ne va pas de soi d’évaluer d’une part les besoins, attentes et capacités physiques et psychologiques des membres de la famille et, d’autre part, les attraits, défis et difficultés comparatifs de plusieurs pays (ex. : France, Angleterre, Italie, Etats-Unis, Laos, Thaïlande, Népal, Inde, Afrique, etc.) : choc culturel, éloignement, décalage horaire, nourriture, itinéraire, durée requise, beautés à voir, risques potentiels, etc.

Depuis plus de vingt-cinq ans, j’ai voyagé sur tous les continents : en famille avec mes enfants, seul, en couple et avec des amis. J’ai fait des voyages d’agrément, des voyages d’aventure dans des pays exotiques et difficiles et des expéditions et treks de plusieurs jours en montagne. J’y ai acquis une connaissance et une expérience approfondies des pays et des peuples. Tout mettre par écrit prendrait deux ou trois livres comme celui-ci. C’est donc, entre autres, ce que je partage avec une famille lors de rencontres de consultation, pour l’aider à choisir une destination appropriée à sa personnalité propre.

Au cours d’une rencontre d’une heure ou deux (au domicile du client, chez-moi ou même au téléphone), tous les sujets de votre choix peuvent être abordés, comme les attentes et personnalités des membres de la famille en vue de choisir une destination, établir un budget réaliste, élaborer un circuit personnalisé selon les goûts, les besoins et l’âge des petits voyageurs et des parents, les bagages à apporter pour toute la famille (selon le climat, le nombre de déplacements, la durée de l’aventure, les activités pour les enfants, etc.), la trousse médicale, la préparation mentale des enfants et des parents, sécurité et santé durant le voyage et bien d’autres…

J’offre également un service de prise en charge de toute la logistique d’avant départ : établissement de l’itinéraire, réservations d’avions et d’hôtels, etc., etc. et aussi un service d’accompagnement en voyage pour y continuer ces tâches et vous laisser tout à l’appréciation du voyage, partagée avec vos enfants.

Lisez ce livre puis, si vous souhaitez clarifier ou explorer davantage certains éléments, comme le choix de votre destination, ou tout autre sujet, communiquez avec moi au 450-939-3430 ou par courriel : michelphoude@videotron.ca

Bonne lecture et à très bientôt j’espère,

Michel Houde

Ma grande fille sans ses parents….sur les routes du Vietnam !

Dec 22nd, 2009 Posted in Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

On n’est jamais vraiment prêt, comme parent, à laisser partir sa grande fille (bientôt 17 ans) en voyage de l’autre côté du monde

.

114

Dans mon cas, je me disais que c’est quelque chose que nous étions habitués à vivre ensemble, que c’est à nous, à nous seuls, parents, d’avoir le privilège de vivre de tels moments d’exaltation avec nos enfants. C’est moi le Papa qui emmène sa fille en voyage, personne d’autre.

Eh bien, pas cette fois. Cette 116

fois, elle part sans sa mère et sans son père et ce n’est pas une coïncidence. Dans les deux dernières années, deux occasions de voyage se sont présentées où Rosemarie aurait pu voyager avec nous. Sa maman, qui guidait un groupe en Inde, lui avait offert de la suivre, et la réponse fut : non. Je voulais à mon tour organiser un voyage au Pérou et en Bolivie pendant l’été et 03en ce qui concerne Rosemarie la réponse fut également : non. Les raisons : « Je suis déjà allée en Inde, mes amis sont trop importants, je préfère aller à mon camp de cirque, mes amis sont vraiment importants ; le Pérou c’est bien beau mais le temps de l’année ne me convient pas et mes amis, Papa, as-tu oubliés l’importance qu’ont des amis dans ma 36

vie ??».

Dans quelques jours, Rosemarie partira pour le Vietnam sans ses parents, sans ses amis et qui plus est sans son chum. Mais qu’est-ce qui se passe ?

Elle ne partira pas seule bien entendu, mais ce qui se passe, c’est qu’elle est prête et désireuse plus que tout d’aller vérifier sans nous tout ce qu’elle a appris au cours des nombreux voyages

130de grandes aventures que nous avons vécus ensemble. Voilà ce qui se passe. La destination n’a pas vraiment d’importance, cette fois, ce qui compte c’est qu’elle mettra son propre sac sur l’épaule, son sac à elle, qu’elle sera autonome et responsable de sa propre personne (dans une certaine mesure) et qu’elle marchera seule la route de l’aventure.

192

Comme parents, nous sommes partagés entre la joie de voir notre belle grande fille ouvrir ses bras pour embrasser la vie d’aventure et de découverte que nous avons semée en elle et déchirés par ce petit pincement de compréhension qui nous fait réaliser que l’enfance est bel et bien finie.

Nous voyagerons 195à nouveau ensemble, cela ne fait pas de doute mais plus jamais dans le cadre que nous avions connu. C’est cela l’impermanence des choses. Tout passe. Rien ne dure.

Alors profitez bien du moment présent. De ce moment qui ne repassera jamais.

Joyeux Noël à vous tous aventuriers de la vie !

T106T303

Le vol en voyage préoccupation et paranoia ! Conseil pour voyageur et famille voyageant avec des enfants.

Sep 7th, 2009 Posted in Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

Le vol est-il une préoccupation majeure en voyage ? Nous répondrons, en ce qui nous concerne, qu’il faut s’en préoccuper pour adopter une façon appropriée de vivre et de se comporter, puis l’oublier et ne pas se laisser hanter par cela constamment. La règle d’or, lorsque vous sortez : n’ayez en poche que la somme d’argent dont vous aurez besoin pour la journée. Le reste doit demeurer sous vos vêtements, dans votre ceinture de taille, avec votre passeport et vos papiers importants. T88

Les agressions armées qui ont pour but de vous soutirer toutes vos possessions sont très rares en voyage. Mais le vol des sacs à main et des petits sacs à dos est, lui, plutôt fréquent. Qu’on vous le subtilise pendant un moment d’inattention (c’est la façon la plus courante), qu’on vous le découpe à la lame de rasoir dans un train ou un autobus, qu’un as du pickpocket vous vole son contenu alors que vous l’avez sur le dos, l’effet est le même : si vous y avez laissé votre passeport et votre argent, vous voilà dans les emmerdes. Sinon, vous êtes quittes pour un nouvel appareil photo, de nouvelles lunettes de soleil et un nouveau livre guide. Rien de bien traumatisant. Méfiez-vous toujours des foules où les gens sont collés les uns sur les autres, c’est un lieu de prédilection pour les pickpockets

. Les gares d’autobus, de trains, ainsi que les aéroports, sont aussi des endroits très courus pas les voleurs de toutes sortes. Le vol de biens ou d’argent dans sa chambre d’hôtel doit aussi être envisagé.

T14 Les pires moments pour le vol sont lorsque nous sommes à la plage. Non pas que ce soit plus dangereux qu’en d’autres temps, mais c’est lorsque nous allons à la plage que nous sommes susceptibles de laisser argent et passeport dans la chambre d’hôtel. À la plage, souvent, nous apporterons avec nous un sac de jour dans lequel nous aurons glissé l’argent et le passeport d’un seul d’entre nous. Advenant un vol, sur la plage ou à la chambre, il restera toujours quelque chose. Je termine sur ce conseil : si on vous attaque pour vous voler votre

argent ou vos biens personnels, donnez tout sans hésiter. L’argent, un appareil photo, un sac à dos, ça se remplace, pas un foie perforé par un

couteau ou un crâne fendu par un coup de bâton. Croyez-moi sur parole, vous ne voulez pas d’un trou dans votre poumon gauche pour avoir voulu sauver vos lunettes à 300 $. Je répète : donnez tout, sans hésiter.T101

Voyage en famille: L'école…sur la route

May 16th, 2009 Posted in Les préparatifs d'un Voyage avec enfants, Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

Les travaux scolaires à faire

Si votre enfant est d’âge scolaire et que votre voyage dure plus de trois semaines, pendant la période scolaire, votre petit écolier aura probablement des devoirs à faire.   Revenir d’un beau voyage avec un retard scolaire important à rattraper n’est pas agréable.  Je me souviens que pour nos voyages qui duraient deux mois en général, nos filles avait une inquiétude à ce sujet.

05

 

Rosemarie, lors de notre voyage au Sri Lanka, a du s’astreindre à plusieurs scéances comme celle-ci.  Ce n’est évidemment pas toujours la joie mais le travail se fait.

 

 

 

 

Idéalement, les études devraient avoir lieu le matin, au moment où tout le monde est reposé, à la chambre ou dans un coin de la salle à manger de l’hôtel, si elle n’est pas trop bruyante, en sirotant un jus d’orange ou un thé citron ! Essayez d’instaurer une routine avec les travaux scolaires, c’est-à-dire lorsque vous n’êtes pas en transport cette journee‑la, et tenez-vous-y. Si les études deviennent trop aléatoires, vous aurez toujours à négocier avec votre enfant pour qu’il sorte ses cahiers. Deux à trois heures d’études tous les deux ou trois jours sont suffisantes pour couvrir la matière qu’il manquera à l’école.

T37

Une bonne préparation de la part des parents est nécessaire pour rendre facile le travail sur la route.  Ayez en main les bons cahiers, les bons outils pédagogiques.  Pour ce faire vous devrez très probablement rencontrer le professeur avant de partir.

De plus, encouragez votre enfant à lire un peu tous les soirs et à décrire sa journée dans son journal de bord. Réservez un moment, en soirée, pour qu’il puisse le faire. Si votre bambin a moins de 7 ans, vous pouvez rédiger son journal pour lui, pendant qu’il vous dicte son récit. Cela lui apprend à synthétiser, à mettre en relief les choses importantes, à faire une introduction et une conclusion. C’est un bel apprentissage. Permettez-lui aussi de faire un dessin, sur une autre page, qui illustre sa journée. Ces dessins sont fascinants. Ils décrivent très souvent l’état d’âme de votre enfant. Ils sont aussi très émouvants à regarder quelques années plus tard…

96 

Parfois il y a un charme fou à terminer un problème de mathématique…

Voyage en famille:Les tarifs spéciaux pour enfants

Apr 26th, 2009 Posted in Sur la route en voyage avec ses enfants | no comment »

T165 Les tarifs spéciaux pour les enfants et les familles existent partout dans le monde, mais vous devez souvent le demander.

N’hésitez pas. Que vous visitiez un pays d’Europe, de l’Afrique, d’Asie ou d’Amérique du Sud, il est surprenant de constater à quel point les forfaits familiaux, les rabais ou gratuités consentis aux enfants sont nombreux. Pour des billets d’avion, de train ; pour les accès aux musées ou à différents sites archéologiques ; pour les hôtels, les repas au restaurant, etc. ; pour tout, en fait, il peut exister des prix spéciaux enfants ou des forfaits. Le tarif enfant en Tanzanie pour entrer dans les parcs était spectaculairement bon. Bien des temples en Asie ne font pas payer les enfants lors de visite. Les enfants ont même le droit à un prix spécial lorsqu’ils marchandent eux même un souvenir dans une petite boutique qu’ils vont payer avec leur propre argent. Prenez la peine de le mentionner au marchand que l’enfant veut s’offrir ce souvenir avec son propre argent de poche. Le prix qu’il obtiendra sera excellent. Un prix en fait auquel vous n’auriez pas droit vous-même.

T101

 

Les deux photos ont été prisent lors de notre dernier voyage en Tanzanie.