Voyage en famille. Voyage d’aventure. Faire attention sur l’information que l’on trouve sur le Net

Mar 26th, 2014 Posted in Conseils aux voyageurs, La planification d'un Voyage, La planification d'un Voyage avec enfants | Comments Off

DSC00771

Ça fait un moment que j’ai envie de parler de ce phénomène que je rencontre de plus en plus sur le Net et qui consiste à donner son avis sur un pays, une ville, une agence locale et surtout sur l’indice de dangerosité d’un endroit, sans retenu aucune, comme si on y vivait depuis 3 ans, sans considérer qu’on y a passé que 2 jours, qu’on a utilisé les services de cet agence seulement 3 jours, et que notre aventure d’un mois à parcourir ce coin du monde immense ne fait pas de nous un expert, loin s’en faut.

Des gens posent des questions précises sur les forums de voyageurs et dans ceux qui répondent il y a de tout. Il y en a qui sont passés une fois dans Tel-bled ou à Telle-frontière sans ennui, et souvent sans rien voir – de nuit par exemple, en autobus, et à moitié endormi- il y a 8 ans ou 8 jours, et qui n’y retourneront probablement jamais de leur vie ! Ce qui ne les empêchent pas d’avoir l’impression de connaitre le sujet. Puis il y en a d’autres qui ont un peu plus de vécu de ces pays, plus d’expérience, pour les avoir pratiqués un certain nombre de fois, voire même certains qui y vivent carrément. Très souvent l’avis des « expérimentés » a tendance à irriter ceux qui croient savoir.

L’internet est une source d’information unique mais il faut en prendre et en laisser, et souvent en laisser beaucoup. C’est vraiment en recoupant l’information à travers 3 ou 4 récits de voyage différents qu’on peut penser que ce conseil très pointu sur les dangers d’arnaque, ou de vol, ou d’enlèvement, est bien réel. Même chose pour une agence qu’on recommande. Il est aussi important de considérer l’âge et l’expérience de voyage de celui qui écrit. La notion de danger pour l’un n’égale pas toujours celle de l’autre. Même chose quand on parle de confort, ou de fiabilité d’une agence locale.

Que ceux ou celles qui ont eu des problèmes le signalent, c’est très bien, car il faut que ça se sache ! Mais, et c’est là aussi où il nous faut être prudent sur ce qu’on trouve, il y a aussi tous ceux qui n’ont pas eu d’incident (chose normale), et qui croient tout savoir car ils sont passés une fois à cet endroit-là, ce qui leur permet d’affirmer haut et fort qu’il n’y a aucun problème dans tel endroit ou tel pays. C’est comme écrire un mot pour dire qu’on s’est fait arnaquer de 2 dollars par un conducteur de touk touk ou de taxi à Delhi ou Bangkok, ça ne sert à rien, surtout si on ne mentionne pas qu’on a oublié de bien s’entendre sur l’extra bagage. Écrire un mot pour dire qu’il n’y a pas de problème parce qu’on est passé une fois dans sa vie à un endroit et qu’on n’en a pas eu de problème ne prouve rien non plus. C’est bien d’écrire un mot sur notre vécu, mais de là à dire que l’endroit est totalement sécuritaire parce que nous on y est passé en bus ou qu’on y a séjourné 48 heures c’est un peu présomptueux. Et c’est pour ça qu’il faut prendre ce qu’on trouve sur le net avec un peu de retenu.

En résumé, lisez, fouillez, et lisez encore, et prenez des notes. C’est seulement en recoupant l’information avec son livre guide, avec 3, 4, 5, différents récits de voyage qu’on peut penser qu’une information importante est vraiment précise.

Voyage en famille, voyage d’aventure. Cette fois-ci notre choix se porte vers la Mongolie.

Sep 19th, 2013 Posted in La planification d'un Voyage, La planification d'un Voyage avec enfants, La planification d'un Voyage de plein air et d'aventure | Comments Off

Rien n’est encore décidé, tout reste à planifier, et la lecture des différents livres guide sur le pays, tout comme les forums voyage et les nombreux sites des agences de voimageyage local Mongol sauront nous être utile. Malgré le fait que nous ne sommes pas encore rendus très loin dans la planification un premier jet de calendrier est sur la table. Le calcul du budget nous aidera à savoir s’il est viable financièrement, et la cueillette d’informations nous aidera à savoir s’il est viable logistiquement parlant.

Voici un exemple d’un premier jet de calendrier pour notre prochain voyage en Mongolie.  Nous prévoyons un départ à l’été 2014

MONGOLIE 2014

09 semaines (60 jours)

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi
1er juin

2 juin 3 juin

Départ Montréal

4 juin 5 juin

Arrivé

Ulaan-Bator

10h50

6 juin

Ulaan-Bator

7 juin

Ulaan-Bator

8 juin

Départ

Dalandzadgad

Désert de Gobi (Jeep)

9 juin 10 juin 11 juin 12 juin 13 juin 14 juin
15 juin 16 juin 17 juin

18 juin 19 juin 20 juin 21 juin

22 juin

Arrivé

Ölgil

(15 jours de jeep)

23 juin

Ölgil

24 juin

Ölgil

25 juin

Départ en vélo.

Jour 1

26 juin 27 juin 28 juin
29 juin 30 juin 1er juillet 2 juillet 3 juillet 4 juillet 5 juillet
6 juillet 7 juillet 8 juillet 9 juillet 10 juillet 11 juillet 12 juillet
13 juillet 14 juillet 15 juillet 16 juillet 17 juillet 18 juillet 19 juillet
20 juillet 21 juillet 22 juillet 23 juillet 24 juillet 25 juillet 26 juillet
27 juillet 28 juillet

Arrivé

Oulan-Bator

Jour 34

29 juillet

Oulan-Bator

30 juillet

Oulan-Bator

31 juillet

Départ

Oulan-Bator

1 août

Arrivé Montréal

00h52

2 août

image

Voyage en famille, voyage en solitaire. La sécurité en voyage et le choix d’une destination

Mar 23rd, 2012 Posted in Conseils aux voyageurs, La planification d'un Voyage | Comments Off

La sécurité en voyage n’est définitivement pas la même partout. Il est évident que certain pays sont moins sure que d’autre à visiter.

DSC_0476Lors de la prise de décision du choix d’une destination il peut être avisé de s’interroger sur la question. À quel niveau de stress ou de danger vais-je être confronté en ce qui a trait à ma sécurité ou à la sécurité de ma famille. Quelle expérience de voyage ai-je ? Les choses changent aussi, un pays plutôt sécuritaire peu devenir plus dangereux si des troubles surviennent à l’intérieur du pays. J’ai visité un Mexique plutôt sécuritaire il y a 10 ans. Ce n’est plus le même tableau aujourd’hui avec les cartels de la drogue qui se font la guerre en pleine rue.

Je reviens du Cambodge, un pays que j’ai trouvé particulièrement sure. Il y a peu de pays où il est possible de revenir à pied et absolument sans danger d’une sortie au restaurant le soir dans la capitale. Le Cambodge fait partit de ceux-là. Il ne fait aucun doute que la visite d’un pays où les risques de vol et d’agression sont très bas est quelque chose que l’on ressent fortement au jour le jour dans son quotidien. Lorsque le pays est sécuritaire on a tendance à oublier cette variante alors que dans le contraire on la ressentira dans chaque déplacement, dans chaque visite, dans chaque petite fois où l’on se sera égaré alors que nous cherchons à regagner notre hôtel à pied en visitant la ville.DSC_0478

Le Canada se classe 8ième au monde parmi les pays les plus sécuritaire. Ce classement vaut ce qu’il vaut et je le trouve plutôt subjectif mais il reflète tout de même une certaine vision des choses. Voici les 10 pays les plus sécuritaires.

1. Islande : indice à 1,148 points

2. Nouvelle Zélande : 1,279

3. Japon : 1,287

4. Danemark : 1,289

5. République Tchèque : 1,320

6. Autriche : 1,337

7. Finlande : 1,352

8. Canada : 1,355

9. Norvège : 1,356

10. Slovénie : 1,358

36. France : 1.697

72. Etats Unis : 2.063

Et tout en bas de la liste, les pays jugé les plus dangereux

144.République d’Afrique Centrale : 2,869

145.Israel : 2,901

146.Pakistan : 2,905

147.Russie : 2,966

148.République Démocratique du Congo : 3,016

149.Corée du Nord : 3,092

150.Afghanistan : 3,212

151.Soudan : 3,223

152.Irak : 3,296

153.Somalie : indice à 3,379 points

L’Équateur, le pays que j’ai visité avec mes enfants l’an passé n’était pas apparu aussi sécuritaire que le Cambodge. Ma conjointe est allée au Brésil avec des amies de fille il y a 2 ans et une grande vigilance était de mise. Nous retrouvant au Cambodge tous les deux cette année, nous avons ressentis  cette agréable différence de nous savoir en sécurité. Elle faut la peine cette différence. Elle vaut la peine de choisir une destination en conséquence. Fier-vous à mon expérience sur ce point.

DSC_0629

Voyage en famille. L’Equateur: Visiter les iles Galàpagos avec des enfants

Feb 21st, 2011 Posted in La planification d'un Voyage, La planification d'un Voyage avec enfants | Comments Off

La visite des iles Galápagos !!! Pas si facile de s’y retrouver.

Nous aurons passé 8 jours aux Galápagos. 8 jours de rêve sur un bateau magnifique avec un équipage idéal accompagnés d’un très bon guide. 8 jours à voir des choses incroyables et époustouflantes.

DSC_0255

Aux Galápagos, on peut y aller pour des croisières de 4 jours, 5 jours, 8 jours et plus rarement pour des croisières de 15 jours. 4 jours représentent en fait 2 jours et demi de croisière et de visite puis qu’on arrive rarement sur l’île avant midi la première journée et que le départ le jour 4 se fait vers les 11 heures déjà rendu à l’aéroport. Autant dire que cette journée ne compte pas. 4 c’est donc 2 ½, 5 signifie 3 ½ et 8 jours se transforme en 6 jours ½ transport déduit. Je crois pouvoir affirmer que 8 jours est le nombre de jour idéal pour savourer ces îles du bout du monde. Puisque chaque îles est différentes et renferme des trésors différents il est donc essentiel de faire plusieurs îles pour pouvoir toucher à l’incroyable diversité de ce paradis terrestre. Compter 3 heures d’avion depuis Quito. (C’est quand même à 1000 kilomètres des côtes Équatorienne) DSC_0170

Croisière aux Îles Galápagos……..rien de tel que d’y avoir été pour savoir. C’est toujours comme ça. J’y suis allé, je peux donc en parler….un peu en tout cas.

Un peu comme une agence de voyage d’ici vend des « tout inclus » à Cuba ou autres, les agences de voyages de Quito vendent des « tout inclus » ou dans le cas qui nous concerne des « croisières » aux îles Galápagos. Et comme ici, il y a des prix de dernières minutes, des bons prix, des moins bons prix et comme ici, il y a des 3, des 4 et des 5 étoiles. En général on paye pour ce qu’on a. Et comme ici on peut se faire avoir ou bien tomber.

Combien j’ai payé pour mon 8 jours de croisière ? Cette question revient tout le temps.

J’ai payé 1700 dollars américain par personne pour ma croisière de 8 jours aux Galápagos (Avion pour me rendre sur l’île inclus) J’avais un bateau « First class » de 16 passagers. 16 touristes plus les 8 membres d’équipage. Ce prix haute saison est naturellement un prix de dernière minute. Je suis arrivé à Quito le 21 décembre et le 25 décembre au matin je m’envolais pour les Galápagos. Cette option n’est viable que si vous disposez de temps, de quelques semaines au moins. En arrivant à Quito je n’avais aucune idée quand j’allais pouvoir partir et combien de jour de croisière, compte tenu du budget, j’allais pouvoir m’offrir. La vie à bien fait les choses puisque nous avons pu partir juste en début du voyage comme nous l’espérions. Après le retour des iles, l’exploration du pays comme tel pouvait commencer. DSC_0196Mais la croisière aurait très bien pu tomber à la fin du voyage 3 semaines plus tard ou au milieu de l’aventure, ce qui n’était pas idéal pour l’itinéraire versus la perte de temps en transport. Tout a bien été et même les prix obtenus furent excellents. Pour vous donner une idée de la différence de prix payé par un touriste qui a acheté une croisière depuis Dallas aux États-Unis où il habite. J’avais payé moi, comme je vous l’ai dit, 1700 dollars américain pour 8 jours de croisière et l’Américain assit en face de moi sur le bateau au souper avait déboursé pour ses 5 jours de croisière (Incluant deux nuits à Quito pour l’arriver et le départ) 4500 us dollars. Plus du double en fait. Mais pour lui c’était sans regret, il ne pouvait se permettre de prendre plus de temps et il n’avait pas d’autre choix que de tout acheter et sécuriser avant son départ.

Conseil de voyage: LA PLANIFICATION = Réfléchir et faire des choix

May 29th, 2009 Posted in La planification d'un Voyage | no comment »

La première étape d’un voyage réussi est celle de la planification. C’est l’étape où, avant de commencer les préparatifs proprement dits, vous établirez les grands paramètres du voyage : le genre de voyage que vous souhaitez faire, le choix d’une destination, la période de l’année idéale pour visiter le pays choisi, la décision de voyager seul, avec un(e) ami(e), un autre couple ou même avec vos parents et bien entendu le budget disponible.

 

Cette étape est essentielle et demande beaucoup de réflexion car c’est aux décisions qui y seront prises que vous vous référerez constamment lors de l’étape suivante : celle des préparatifs. Si vous l’escamotez ou si vous n’y apportez pas suffisamment de réflexion, vous serez souvent en bute à des interrogations et obligés d’y revenir durant les préparatifs. Vous risquez également d’oublier certaines choses lors des préparatifs, et ainsi ne pas obtenir les résultats attendus durant le voyage.

 

Cette étape des plus excitante doit commencer plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant les préparatifs et le départ. Et vous aurez à trancher, à faire des choix, pas de doute. Lancez-vous, vous allez découvrir que c’est drôlement agréable.

Les fameux bagages : charge ou surcharge ?

Feb 11th, 2009 Posted in La planification d'un Voyage, La planification d'un Voyage avec enfants, La planification d'un Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

T70

 

N’emportez que ce que les membres du groupe peuvent transporter eux-mêmes. C’est une règle d’or dont la pertinence ne se dément pas de voyage en voyage.

 

Voici sur la photo de droite ce que les membres de ma famille avaient à transporter sur leur dos.  J’ai moi aussi un grand sac à dos de 80 litres sur mon dos.  Celà composait la totalité de nos bagages pour six semaines en Tanzanie

 

Dites-vous bien que si vous avez de la difficulté à lever vos sacs à dos à la maison pour les déplacer de la chambre à coucher au salon, il serait bien surprenant que ce soit plus facile rendus en Chine, à 11 h du soir, après 17 heures de train, alors que les enfants sont dans vos bras, morts de fatigue et que vous-mêmes n’en pouvez plus. Soyons réalistes : les taxis ne nous attendent pas toujours à la porte de l’hôtel. Parfois, aussi, marcher 300 mètres pour prendre un autre taxi que celui de l’hôtel vous permettra d’économiser la moitié du prix de la course.

 

DSC_0246

Vous êtes confinés à ce que vos épaules et celles de vos enfants peuvent porter et à ce que l’ensemble des mains disponibles peuvent emporter.

Mon sac à dos de 50 litres pesait près de 40 livres alors que je marchais le Chemin de Compostelle en Espagne.  Il était considéré comme passablement lourd pour la majorité des pèlerins.

DSC_0361

 

Celui d’Anick sur le même chemin de Compostelle pesait à peine 26 livres.  Ce qui était beaucoup plus raisonnable.

 

 

 

Voici un petit truc qui peut vous aider à éliminer le superflu : une fois vos sacs à dos pleins, videz-en le contenu sur un lit et réexaminez chaque article, vous demandant pour chacun d’entre eux s’il n’est pas superflu. Après avoir bien examiné le contenu de vos bagages pour n’emporter que l’essentiel, vous devriez aussi toujours, idéalement, garder un espace libre dans votre sac à dos ou votre valise. Vous pourrez ainsi avoir le plaisir d’acquérir quelques articles sur la route sans vous surcharger. En terminant, voici un petit test que vous pouvez effectuer si vous êtes incertains quant au poids de votre sac à dos. Chargez-le et allez passer une journée à sillonner votre ville : prenez l’autobus, le métro, marchez jusqu’à un hôtel situé à quelques kilomètres… Vous comprendrez tout de suite si le poids de votre sac vous convient ou s’il faut réajuster. .

Si vous partez avec une valise, faites le test de la prendre de votre chambre à coucher et de la porter jusqu’à l’auto. Placer-là dans le coffre pour voir ce qu’en pense vos bras et votre dos. Sortez-la du coffre, revenez vers la maison et ramener-la dans votre chambre à coucher. Après cet exercice très réaliste, vous devriez être en mesure de vous rendre compte du bien fondé de ces recommandations.

3

Partir seul sur le chemin de Compostelle !

Jan 6th, 2009 Posted in Conseils aux voyageurs, La planification d'un Voyage | no comment »

 

Voici les confidences d’Armel, un Pèlerin (Français) de mes amis, merveilleuse rencontre et avec qui j’ai marché dans le plaisir une partie de son chemin de Compostelle.  Partir seul c’est ouvrir toutes les portes aux rencontres, aux autres !

 

Vous avez fait le choix de partir seul, quels sont les éléments qui ont guidés ce choix ?

Là aussi il n’y a eu quasiment aucune hésitation. Au début de notre vie commune avec mon épouse, nous vivions à Montréal (et travaillions dans un Hôtel sous la coupe d’un certain Gaston Viallet… !) et nous avions eu l’occasion de partir 3 mois en voyage en camping-car autour de l’Amérique du Nord et Amérique centrale. Nous étions partis avec 3 amis…et au bout des 3 moDSC_0642

is du voyage, nous n’étions plus que des « relations ». Je ne voulais pas prendre le risque de sacrifier une amitié pour la cause du chemin. Mon épouse ne se sentait pas physiquement, mon fils avait ses études. Je ne souhaitais pas non plus avoir des contraintes avec un compagnon de voyage alors même que ce chemin de liberté est susceptible de servir de mise au point dans sa vie.

Qu’attendiez-vous de ce périple ?

Je n’attendais rien de particulier, tout au plus je voulais peut-être me confirmer que je n’avais pas enfoui des problèmes dans ma vie que la fatigue, la longueur et les efforts ne manqueraient pas de faire ressortir. Seule l’aventure (somme toute sans risque) me poussait à partir. Il y a sur le chemin une maxime qui circule et qui dit : »Sur le chemin, il faut s’attendre à tout et ne s’étonner de rien », je crois qu’elle répond assez bien à votre question.

Qu’avez-vous trouvé sur ce chemin ? Qu’avez-vous reçu ?

DSC_0264 J’y ai trouvé des gens,… des gens de tous horizons, de tous pays, sans distinction sociale ou culturelle, j’y ai trouvé de la convivialité, de la fraternité de l’amitié, de l’émotion. Pour moi ce fut un chemin d’émotion. Un chemin de rencontres parfois très simples ou brèves parfois très intimes et personnelles. La longueur, la répétition, la fatigue, la promiscuité nous rendaient très sensible à toute chose nous entourant. Un couché de soleil, une fleur au milieu des cailloux, un oiseau, un fruit mur, un sourire ou une larme sur un visage, une remarque ou un encouragement d’un ami… tout devenait exacerbé et amplifié.

Qu’en gardez-vous ?

Une formidable expérience que je souhaite à tous ceux que j’aime. C’est une expérience humaine très personnelle et collective à la fois. J’en garde aussi le souvenir d’un sentiment de liberté quasi-totale. Des images qui défilent depuis à tout moment de la journée comme un diaporama. Une pèlerine rencontrée sur le chemin, me disait souvent « attends je prends une photo mentale, car les photos sont de toute façon très difficiles à faire partager ! »DSC_0372

Le premier pas sur le chemin de Compostelle….toujours le plus difficile !

Jan 4th, 2009 Posted in Conseils aux voyageurs, La planification d'un Voyage | no comment »

Voici les confidences d’Armel, un Pèlerin (Français) de mes amis, merveilleuse rencontre et avec qui j’ai marché dans le plaisir une partie de son chemin de Compostelle.  Le premier pas dont il fait allusion ici, c’est………..d’y aller, de partir !

 

Comment en êtes-vous arrivé à penser à Compostelle et à son chemin ?

DSC_0263 J’avais bien entendu parlé du Chemin de Compostelle comme beaucoup de monde sans jamais m’y intéresser pour autant. L’Association de la bibliothèque de ma commune en 2000, je crois, avait invité Léo Gantelet de Seynod à coté d’Annecy pour présenter le livre qu’il venait d’écrire à son retour de Santiago de Compostelle pour lequel il avait parcouru les 1830Km en une seule fois. J’avais été très impressionné par cette performance. La lecture de son ouvrage me confirma qu’un jour je ferai ce périple. Deux années plus tard 2 amis de la troupe de théâtre dont nous faisons parti, arrivés à l’âge de la retraite prirent leur bâton et relièrent Le Puy en Velay à Santiago de Compostelle. Là encore leurs récits au retour me ravivèrent cette envie de prendre moi aussi mon sac. J’avais vu dans leurs yeux une flamme d’émotion que je retrouvais à chaque fois que nous abordions le sujet.

Quand avez-vous commencé votre chemin ?

Il fallait attendre l’opportunité, elle se présenta en juin de cette année et le 12 août au matin devant la maison, j’embrassais ma famille, et quittais mon village, à pied, non sans une appréhension au ventre devant l’ampleur de la tâche et l’idée que je pourrai échouer. Mais nous parlons là du départ physique de ce pèlerinage. En fait ce périple avait commencé depuis longue date dans ma tête, la graine était entrain de gonfler mais son écorce n’avait pas encore craqué et trouvé le terrain et les conditions favorables. Car il y a bieDSC_0188

n sur toute une organisation à mettre en place pour que cela devienne possible. Merci à mon épouse d’avoir rendu ce rêve réalité. Sur le chemin j’ai souvent entendu cette maxime : « l’important c’est le premier pas ». Beaucoup de mes connaissances m’ont dit et me disent encore « C’est un beau projet, que j’aimerai bien faire…mais…. » ….Mais voilà il y a ce premier pas à franchir !

Comment avez-vous abordé ce chemin ? Quelles ont été vos réflexions avant ce départ ?

Tout d’abord je veux ici préciser que ma démarche n’était pas spirituelle, mais bien axé sur l’aventure et le challenge. Concernant le trajet dans ma tête il n’y a jamais eu de doute sur le choix du chemin ; je souhaitais partir de ma maison et rejoindre le Puy en Velay, puis la voie normale jusqu’à Santiago par St Jean Pied de Port. En fait je voulais me mettre dans les conditions des pèlerins des siècles passés qui bien sur ne prenaient pas un TGV pour aller prendre leur départ ailleurs que chez eux. Je parle là que du point de départ et non du matériel qui était pour eux très précaire. Mon épouse elle était moins d’accord sur ce choix eu égard aux 12 jours supplémentaires nécessaire pour me rendre au Puy, là aussi merci à elle d’avoir accepté ce sacrifice. Mes réflexions ont plus porté sur mes capacités à accomplir ce long raid que sur une préparation intellectuelle proprement dite. Je n’avais pas d’objectif ou d’idée précise. Le coté nomadisme, découverte, liberté, rencontre ont été les seules visions que j’avais retenues de mes lectures et conférences sur ce chemin.DSC_0120

Pourquoi retenir les services d'un guide privé pour vous accompagner sur le chemin de Compostelle ?

Dec 29th, 2008 Posted in Conseils aux voyageurs, La planification d'un Voyage | no comment »

 

 

Retenir les services d’un guide privé pour vous accompagner sur le chemin de Compostelle n’a qu’un seul but : vous permettre de vivre une aventure que vous n’envisageriez pas de v

DSC_0024ivre seul.

Quelque soit vos raisons; manque d’expérience, santé fragile, peurs de l’inconnu, inquiétudes vis-à-vis de sa forme physique, elles varieront d’une personne à l’autre ou d’un groupe à l’autre mais le but premier reste le même : vous permettre de vivre, de marcher votre chemin de Compostelle plutôt que de rester chez-vous à en rêver.

 

J’ai moi-même plusieurs fois fait appel à un guide privé dans différentes circonstances. Dans mon cas, c’était pour pouvoir grimper des voies d’escalade de roche et de glace trop difficiles pour moi, seul. Des voies d’escalade où je n’aurais pu m’aventurer en premier de cordée, car le niveau de difficulté était trop élevé pour moi. Avec un guide expérimenté qui grimpait en premier de cordée, je pouvais alors suivre en toute sécurité, apprendre de mon guide, et vivre l’expérience de grimper une voie de haut niveau. J’ai choisis de faire la même chose lors de certaines descentes de rivières en kayak où le niveau de difficulté était trop grand pour m’y aventurer seul.

C’est tout à fait la même chose en ce qui vous concerne. Vous ne vous sentez pas l’expérience nécessaire pour organiser et vivre seul votre aventure sur le Chemin de Compostelle mais vous avez envie de ce défi et vous ne désirez pas le vivre avec un groupe organisé qui vous contraindra à un horaire préétablit, à un nombre de kilomètre préétablit, à négocier avec des gens avec qui vous n’aurez peut-être pas envie d’être; elle peut être réalisée en toute sécurité et à votre rythme avec un guide privé à votre service.

DSC_0078

Vous voulez savourer pleinement la compagnie de votre conjoint(e) et de vos amis en marchant dans la joie tout en délaissant la logistique inévitable d’un tel voyage : préparation ou révision de l’itinéraire et du calendrier, réservations d’hôtels, d’avions, localisation d’endroits agréables où manger, etc…

Avec un guide privé à votre écoute et à votre service pour sécuriser, pour vous aider, avec son expérience à juger du degré de fatigue, de l’hydratation, etc. de vos journées vous pourrez vous concentrer sur votre rythme, sur la beauté du lieu et le plaisir de vivre ce pèlerinage unique en abandonnant la logistique à quelqu’un d’expérimenté, à l’écoute de vos besoins Un luxe, certes, mais qui donne tellement de latitude. Toute l’inquiétude face à la santé, aux couchés, au poids du sac à dos, aux ampoules, à l’hydratation, à la barrière de la langue, etc. sera amoindrie par la présence de ce guide, lui-même pèlerin en 2008.  DSC_0634

Vous aimeriez être accompagnés d’un guide privé pour vous sentir plus sécures et dégagés durant le voyage ? Pour pouvoir vivre cette aventure hors de l’ordinaire ? Faites-vous ce cadeau, contactez-moi, nous passerons quelques heures ensemble. Nous discuterons de vos besoins de vos attentes et du genre de pèlerinage que vous voulez vivre.

Choisir sa destination en fonction des dates de notre voyage

Dec 29th, 2008 Posted in La planification d'un Voyage, La planification d'un Voyage avec enfants, La planification d'un Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

Le meilleur moment

Les dates que vous aurez arrêtées pour votre voyage détermineront aussi, dans une certaine mesure, où vous pourrez et où vous ne pourrez pas aller. Tous les pays de la planète ne sont pas agréables de séjour à n’importe quel temps de l’année. Il faut respecter les saisons du pays visité. Choisir de visiter l’île de Bali (Indonésie) en pleine mousson (décembre et janvier) n’est décidément pas le meilleur choix, non plus qu’une visite des pyramides d’Égypte en juillet, alors qu’il fait 50°C. De même, il faut savoir qu’en Grèce, au mois de décembre, c’est trop froid pour se baigner, comme toutes les plages européennes sur le bord de la Méditerranée d’ailleurs. Si la baignade ne vous dit rien et que vous désirez plutôt une température fraîche et peu de touristes, alors l’idée peut être excellente. Vos deux semaines de vacances tombent, cette année, en novembre ? Oubliez l’Angleterre et l’Écosse, il y pleut sans arrêt ou presque.

Toutes ces informations sont biens indiquées dans les livres-guide et sur les sites Internet des pays ou des villes visitées. Pour la plupart, il y a même un graphique décrivant, pour chaque mois de l’année, la température et le taux de précipitation. On vous signalera aussi si le pays que vous envisagez de visiter possède plus d’une zone climatique, comme c’est le cas pour le Pérou par exemple. En fait, vous devez essayer d’éviter les périodes de moussons (pluie à chaque jour) pour les pays où il y en a et de bien évaluer la température des étés ou des hivers des pays où ces saisons s’appliquent.

Ne négligez pas non plus de porter une attention particulière aux dates des événements, fêtes et célébrations, religieuses ou autres, qui auront lieu dans le pays que vous comptez visiter. Une fête comme, par exemple, le Nouvel An Chinois, peut signifier une atmosphère totalement incroyable lors de votre passage dans une ville asiatique. Mais ce même Nouvel An peut aussi signifier une cruelle pénurie de logement et des prix prohibitifs qui seront gonflés du triple comme c’est le cas, par exemple, pour la ville de Cannes lors de son festival en mai.

De même, pour tout voyageur comptant séjourner en pays musulman, il est fortement recommandé d’éviter le fameux mois du ramadan, où la population jeûne pendant la journée et ne mange qu’une fois le soleil couché. Le ramadan est un mois particulier de l’année pour plus d’un milliard de musulmans à travers le monde. C’est le rite religieux musulman le plus universellement observé. Le ramadan a lieu le neuvième mois du calendrier lunaire islamique. Ce premier jour n’est pas le même d’un endroit à l’autre car, à certains endroits, on se base sur l’observation de la lune, et à d’autres, on se réfère entièrement aux calculs. Pour beaucoup de musulmans pieux, cette période est marquée par une intensité spirituelle propice à la réflexion intérieure, à prier Allah et à réciter le Coran. Vous comprendrez donc que la population, pendant ce mois, n’est pas très portée sur la fête et que les chances de rencontrer des gens locaux intéressants au restaurant, pendant la journée, sont minces. Mieux vaut savoir.