Moment sur le Mont Washington

Jan 22nd, 2016 Posted in Conseils aux voyageurs | no comment »

 

Le silence qui suit…

Il y a un silence particulier ce matin. Un silence d’après quelque chose….. Un silence de « je ne suis pas mort !», de « je suis presque monté au ciel hier !». Un silence de « je suis toujours en vie !». C’est un silence un tantinet plus silencieux que d’habitude.

Martin et moi avons survécu à une avalanche dans Tuckerman’s Ravine sur le Mont Washington hier. Nous étions dans le couloir nommé « The Chute ». La neige s’est fracturée et tout a commencé à glisser. Ce fut un long moment passé sous la neige, une interminable descente de 200 mètres.

Martin est à quelques mètres au-dessus de moi, nos crampons mordent dans la neige, nous progressons bien. Il fait un temps magnifique. Nous ne sommes pas seuls, il y a des skieurs de montagne autours de nous. Mais dans l’étranglement du couloir, la neige est différente, transformée, instable, comme une planche sur des billes. Le temps pour Martin de me signifier que la neige n’est pas bonne et pour lui d’essayer de traverser à droite du couloir, où il serait moins exposé, que ça se fracture au-dessus de nous. Je la vois la fracture, je la vois s’agrandir alors que la table de neige durcie et transformée en microbilles s’ébranle et glisse lentement vers le bas. Je suis dessus, je me mets à descendre, j’imagine, pour une fraction de seconde, que je vais réussir à garder ma place au soleil et pouvoir surfer sur la neige. On voit ça dans les films, dans « l’Âge de glace », il surfe sur son glaçon. Mais ce n’est pas un film et bientôt tout se morcelle, se sépare, se disloque. J’entends crier : « Avalanche !», mais pour moi il n’est plus temps pour rien d’autre que la balade vers le bas. Martin a plongé dans le vide par-dessus l’éperon rocheux, emporté par la neige ; J’ai cru qu’en traversant sur la droite il avait pu éviter le pire mais il est parti en même temps que moi lorsque tout s’est mis à bouger. Je me retrouve sous la neige, c’est lourd, noir, je suis à quatre pattes pour un moment, poussant avec mes bras et mon dos pour garder une poche d’air entre mon visage et la neige, je sens la neige glisser au-dessus de moi, s’épaissir, m’écraser, me pousser vers le fond. J’ai cette pensée que je vais mourir si ça s’empile encore comme ça plus longtemps. Je bascule, part en vrille, mon visage heurte quelque chose, ma tête, mais je ne panique pas, je me positionne du mieux que je peux, j’écoute la neige, mon corps qui tourne sur lui-même, la neige qui cherche à m’étouffer.

En fait, elle ne cherche rien du tout, la neige, elle est simplement là sans aucune arrière-pensée. C’est moi qui ne devrais pas être là.

Mais je suis-là, et mon ami aussi est là, et le ciel bleu a disparu, et la beauté magique de ce paysage d’hiver aussi a disparu, et nous voilà à lutter pour nos vies.

En fait, le ciel bleu est toujours là, et la beauté du lieu est toujours aussi sublime, c’est moi qui ne suis plus dans le même état d’esprit, incapable d’apprécier parce qu’accaparé par autre chose : ne pas mourir.

Kayak de mer sur le fjord du Saguenay

Aug 20th, 2015 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure | Comments Off

Le fjord du Saguenay est l’un des plus beau endroit au Québec.  Une petite perle qui vaut la peine d’être découvert.

Le kayak de mer est une façon merveilleuse de parcourir le fjord.Kayak de mer 2015 019

Un retour sur la John Muir Trail cet été !

Mar 24th, 2015 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure | no comment »

DSC00668La John Muir Trail est consacrée comme le plus beau sentier américain et un des 10 plus beaux du monde. Sur plus de 340 kilomètres, la piste traverse les parcs nationaux et les régions sauvages de la Sierra Nevada en Californie. Tout y est : paysages à couper le souffle, lacs turquoise, rivières limpides, sommets rocheux spectaculaires. Pendant les 21 jours que dure cette traversée pédestre en autonomie, le temps s’arrête, plus rien n’existe que cette nature grandiose et l’effort qu’elle demande pour se laisser contempler.

Marcher à nouveau ce petit coin du paradis  sera un grand bonheur.  Et il va de soit que tous est plus simple lorsqu’on l’a déjà fait; obtention des permis, équipement, préparation, choix de la nourriture, etc.

Cette fois-ci nous marcherons le chemin en 18 jours et comme il y a 2 ans nous ravitaillerons principalement au Muir Trail Ranch.  La forme est bonne, on sait qu’il ne pleut presque jamais, que le soleil sera présent chaque jour, on a bien hâte.  Il nous reste à nous informer des conditions de neige pour cette année car à cette altitude la neige peut causer problème si elle n’est pas encore fondue lors de notre passage.  Vive l’aventure.

DSC00348

Escalade de glace, grand bonheur de l’hiver

Dec 12th, 2014 Posted in Extrait de mon journal de bord. | Comments Off

Ma saison d’escalade de glace est officiellement ouverte. J’étais sur le Mont Washington en fin de semaine, j’y ai grimpé “Damnation” au soleil, un long couloir de neige et de glace de 250 mètres….sans corde, en solo. Rien de mieux pour rester dans le moment présent. Après nous avons fait “Pinaccle gully” de nuit à la frontale. La lune était ronde et lumineuse. Un grand bonheur d’aller jouer dehors.  Le ski de fond est presque prêt ainsi que la base pour la planche à neige.

Voici Damnation Gully III 3  250 mètres

Damnation 2014

Comme il y avait déjà du monde dans Pinnacle Gully nous nous sommes dirigés vers cette alternative qui s’est avérer être au soleil toute la journée, alors que Pinnacle est toujours à l’ombre.  C’est en fin de journée, une fois le soleil descentu derrière les montagnes que Pinnacle Gully, déserté par les grimpeurs était libre pour nous.  C’est à la frontale que nous l’avons grimpé.

Voici Pinnacle Gully III 3  150 mètres. Huntington Ravine

Pinnacle Gully 2014.

Voyager avec des enfants. Le Mexique en famille

Nov 6th, 2014 Posted in La planification d'un Voyage avec enfants | Comments Off

Lors d’une récente consultation voyage je discutais sécurité avec une mère qui s’apprête à partir avec ses 3 enfants pour un grand voyage de deux mois en Amérique du Sud. Et je ne sais pourquoi mais cette anecdote de voyage m’est revenue à l’esprit.  Même après toutes ces années elle est encore bien vivante dans mes souvenirs.   Un mauvais souvenir en fait, qui n’a eu aucune conséquence fâcheuse mais tout de même qui laisse des traces.

09

Extrait de mon Journal de bord: Mexique

Mexique, San Cristobal de las Casas, 2000

Michel (Rosemarie, 7 ans, et Victoria, 3 ans)

J’ai eu peur, aujourd’hui. Peur pour la première fois depuis que

je voyage avec mes enfants. Nous marchions dans le petit village

de San Juan de Chamula, un joli village à 11 kilomètres de

San Cristobal, composé presque uniquement d’Indiens Tzotzil.

Nous savons l’endroit un peu « chaud », nous sommes en effet

au coeur du Chiapas et le révolutionnaire zapatiste Marcos est

en ce moment même en route pour la capitale afin de rencontrer

le président Vicente Fox. Victoria était sur mes épaules et

Rosemarie marchait 100 mètres en avant de nous. Nous étions

à l’extérieur du village, dans la montagne, sur une petite route

de terre battue. Rose allait croiser une maison sur sa droite

lorsqu’une grosse auto noire nous a dépassés et s’est arrêtée

devant la maison, à la hauteur de Rosemarie. La chose s’est

faite très vite et, je l’avoue, je n’ai même pas réagi. Un homme

est descendu de la voiture et a saisi Rosemarie par le bras, la

porte de la voiture était ouverte, il m’a regardé en souriant avec

un air qui voulait dire « tu vois comme ça serait facile, tu devrais

faire plus attention » et il a disparu dans la maison, laissant là

Rosemarie, qui n’avait même pas eu le temps d’avoir peur. Ouf !

37

Voyage d’aventure en Mongolie

Aug 25th, 2014 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure | Comments Off

La Mongolie, pays du bout du monde.  Des paysages époustouflants !

DSC01745

1800 km à vélo en autonomie de Bayan Olgyi à Ulaan Baatar, tout une aventure.

DSC02554

Des rencontres d’un autre monde

DSC01636

Un vélo (Le Trek 520) qui a tenu le coup dans les pires conditions.

DSC01930

Des nomades sur la route témoins d’un mode de vie unique

DSC01663

Un grand défi que nous avons relevé avec bonheur

DSC01872

Voyage en famille voyage d’aventure. La grande question: De combien d’argent j’ai besoin ?

May 14th, 2014 Posted in La planification d'un Voyage de plein air et d'aventure | Comments Off

Un des avantages non négligeable des voyages organisés ou des forfaits tout inclus est de connaitre précisément, avant le départ, combien il en coutera pour le voyage que l’on veut faire. En autonomie, il est plus difficile d’évaluer avec précision combien il en coutera pour un voyage de X semaines dans un pays qui nous est inconnu. La possibilité de dépasser le budget pré-établit est bien réelle. En autonomie, la meilleure source d’information pour faire notre budget demeure une connaissance qui revient du pays où nous projetons nous rendre et qui est capable de nous parler de prix au resto, des prix des chambres d’hôtels et des transports sur place. Assurez-vous au préalable que cette personne ai séjourné dans la même catégorie d’hôtel et de restaurant que celle où vous compter descendre. Les livres-guides sur votre destination vous donneront aussi beaucoup d’informations sur l’allocation quotidienne que vous avez besoin pour votre séjour. Recouper l’information avec un autre livre-guide vous assure une plus grande précision dans l’estimation des coûts. Sur Internet, les sites de réservations d’hôtels vous donneront une idée assez juste du prix des différentes catégorie d’hôtel. Mais pour les prix de la nourriture et des transports locaux vous n’aurez pas beaucoup d’informations sur Internet.

clip_image001

Budget MONGOLIE 2014

09 semaines (63 jours)

Budget par personne

Sur la route en voyage

Nuit hôtel à Bejjing 100,00 $

Oulan-Bator (80,00 $ par jour x 6) 480,00 $

Désert de Gobi en jeep jusqu’à Ölgi 2100,00 $

(125,00 $ par jour x 15 + retour du jeep)

Trip à vélo (40,00 $ par jour x 40 jours) 1600,00 $

Extra 470,00 $

TOTAL________ 4750,00 $__

Billet d’avion 1583,00 $

Achat vélo Trek 520 + les sacoches 2000,00 $

GRAND TOTAL ___7833,00 $__

image

Voyage en famille. Voyage d’aventure. Faire attention sur l’information que l’on trouve sur le Net

Mar 26th, 2014 Posted in Conseils aux voyageurs, La planification d'un Voyage, La planification d'un Voyage avec enfants | Comments Off

DSC00771

Ça fait un moment que j’ai envie de parler de ce phénomène que je rencontre de plus en plus sur le Net et qui consiste à donner son avis sur un pays, une ville, une agence locale et surtout sur l’indice de dangerosité d’un endroit, sans retenu aucune, comme si on y vivait depuis 3 ans, sans considérer qu’on y a passé que 2 jours, qu’on a utilisé les services de cet agence seulement 3 jours, et que notre aventure d’un mois à parcourir ce coin du monde immense ne fait pas de nous un expert, loin s’en faut.

Des gens posent des questions précises sur les forums de voyageurs et dans ceux qui répondent il y a de tout. Il y en a qui sont passés une fois dans Tel-bled ou à Telle-frontière sans ennui, et souvent sans rien voir – de nuit par exemple, en autobus, et à moitié endormi- il y a 8 ans ou 8 jours, et qui n’y retourneront probablement jamais de leur vie ! Ce qui ne les empêchent pas d’avoir l’impression de connaitre le sujet. Puis il y en a d’autres qui ont un peu plus de vécu de ces pays, plus d’expérience, pour les avoir pratiqués un certain nombre de fois, voire même certains qui y vivent carrément. Très souvent l’avis des « expérimentés » a tendance à irriter ceux qui croient savoir.

L’internet est une source d’information unique mais il faut en prendre et en laisser, et souvent en laisser beaucoup. C’est vraiment en recoupant l’information à travers 3 ou 4 récits de voyage différents qu’on peut penser que ce conseil très pointu sur les dangers d’arnaque, ou de vol, ou d’enlèvement, est bien réel. Même chose pour une agence qu’on recommande. Il est aussi important de considérer l’âge et l’expérience de voyage de celui qui écrit. La notion de danger pour l’un n’égale pas toujours celle de l’autre. Même chose quand on parle de confort, ou de fiabilité d’une agence locale.

Que ceux ou celles qui ont eu des problèmes le signalent, c’est très bien, car il faut que ça se sache ! Mais, et c’est là aussi où il nous faut être prudent sur ce qu’on trouve, il y a aussi tous ceux qui n’ont pas eu d’incident (chose normale), et qui croient tout savoir car ils sont passés une fois à cet endroit-là, ce qui leur permet d’affirmer haut et fort qu’il n’y a aucun problème dans tel endroit ou tel pays. C’est comme écrire un mot pour dire qu’on s’est fait arnaquer de 2 dollars par un conducteur de touk touk ou de taxi à Delhi ou Bangkok, ça ne sert à rien, surtout si on ne mentionne pas qu’on a oublié de bien s’entendre sur l’extra bagage. Écrire un mot pour dire qu’il n’y a pas de problème parce qu’on est passé une fois dans sa vie à un endroit et qu’on n’en a pas eu de problème ne prouve rien non plus. C’est bien d’écrire un mot sur notre vécu, mais de là à dire que l’endroit est totalement sécuritaire parce que nous on y est passé en bus ou qu’on y a séjourné 48 heures c’est un peu présomptueux. Et c’est pour ça qu’il faut prendre ce qu’on trouve sur le net avec un peu de retenu.

En résumé, lisez, fouillez, et lisez encore, et prenez des notes. C’est seulement en recoupant l’information avec son livre guide, avec 3, 4, 5, différents récits de voyage qu’on peut penser qu’une information importante est vraiment précise.

Distance et performance sur le chemin de Compostelle

Jan 23rd, 2014 Posted in Sur la route en Voyage de plein air et d'aventure, Sur la route en voyage | Comments Off

DSC_0276

La distance que vous choisirez de parcourir chaque jour sur le chemin de Compostelle est infiniment personnelle. Si vous êtes un bon marcheur ou une bonne marcheuse ici, vous pouvez déjà mieux évaluer votre forme physique et fixer vos objectifs en conséquence. Mais ne sous-estimez pas le chemin. Marcher trois ou quatre jours consécutifs lors d’une sortie au pays est très différent de marcher 18, 25 ou même de 35 jours de suite dans un pays qui n’est pas le vôtre, à dormir dans un lit qui n’est pas le vôtre et à manger une nourriture qui n’est pas la vôtre. Votre corps vous parlera tout au long du chemin. Il vous le dira lorsque tout va bien et que les distances que vous couvrez journellement sont bonnes et il vous le dira également lorsque vous exagérerez. Libre à vous alors d’écouter ou de passer outre à la petite douleur annonciatrice de fatigue. Ce que vous ne devez pas oublier, cependant, sur un sentier comme le Compostelle, c’est que plusieurs jours de marche sont encore devant vous et qu’une sourde oreille à un petit problème d’entorse, à un début de tendinite, à une fatigue généralisée peut résulter en une obligation de s’arrêter complètement pour deux, quatre ou six jours et c’est précisément ce que l’on veut à tout prix éviter.

Ne vous évaluez pas en fonction des autres marcheurs, de vos DSC_0374amis ou de votre conjoint(e) qui vous accompagne. Vous devez absolument résister à l’envie de dépasser vos limites pour pouvoir suivre un ami rencontré sur le chemin, ou l’ami ou le conjoint qui vous accompagne.

Prévoyez marcher en moyenne entre 15 et 30 kilomètres par jour, selon votre forme et votre endurance. « Oh! Facile, 30 kilomètres c’est juste 6 heures de marche par jour à raison de 5 kilomètres à l’heure ». Pas vraiment! C’est évaluation ne tient pas compte des arrêts, des poses repas, etc. Une moyenne de 3.8 ou de 4 kilomètres l’heure est plus réaliste. Pour 30 kilomètres, on parle plus réalistement de 7h30 à 8h00 de marche. Ce n’est pas rien ! Le soir, il faut encore laver son linge, s’approvisionner en fruits, en barres énergétiques, etc. Le lendemain, vous serez peut-être dehors à 7h30 ou même 6h00, alors vous aurez tendance à vouloir vous coucher tôt.

Mais un conseil s’il en est un: En cas de doute partez, allez-y, lancez-vous !!!

Service d’un guide privé pour vous accompagner en voyage

Nov 22nd, 2013 Posted in Conseils aux voyageurs | Comments Off

Pourquoi retenir les services d’un guide privé pour vous accompagner en voyage

La réponse à cette question me vient bien aisément; pouvoir réaliser un rêve de voyage que vous ne pourriez réaliser autrement. Pour réaliser un rêve de voyage adapté totalement à votre rythme, à vos limitations, à vos insécurités à vos désirs, à vos rêves. Le guide dont je parle ici c’est comme avoir un secrétaire privé à votre service.

DSC_0237

Je pense aux familles bien-sûr, mais encore davantage aux personnes âgées.

Combien en ai-je rencontré de ces retraités qui avaient des moyens, beaucoup de moyens, mais qui faute de compagnon de voyage, ne désirant aucunement se joindre à un groupe organisé, reste à la maison à rêver de leur voyage en pays exotique. Vraiment trop dommage.

Vous rêvez de marcher Compostelle, mais l’idée d’y aller seul vous décourage. L’idée d’avoir à négocier les transports, les billets d’avion, de devoir faire des recherches sur internet sur comment ça marche, les hôtels, la nourriture, etc. L’inquiétude de porter un sac peut-être trop lourd sur de trop longue distance etc.

Moi qui ai marché Compostelle je me dis sincèrement. Pourquoi ne se paye-t-il pas un guide privé ? Pourquoi ne s’offre-t-il pas le luxe d’un guide qui peut porter le sac trop lourd en cas de problème, prévoir les couchers, négocier tous les petits trucs de la journée. Pourquoi ne s’offre-t-il pas ce luxe, dispendieux certe, mais tellement accessible. Il est clair qu’on ne retient pas les services d’un guide / secrétaire privé si on peut voyager avec des amis, en groupe, avec notre conjoint, etc. On s’offre un guide de cette nature quand on veut faire quelque chose que personne autour de nous ne veut faire avec nous (Comme marcher Compostelle par exemple) C’est le guide privé ou pas de voyage du tout, c’est plutôt ça l’équation. C’est ça ou je reste chez-nous et le temps lui il passe !!!!

C’est pour ça qu’il y a des guides privés.

Que ce soit pour marcher le chemin de Compostelle, un rêve que vous caressez mais que vous n’osez entreprendre seul ou avec un groupe organisé. Que se soit pour un voyage en famille avec de jeunes enfants un peu plus aventureux, un guide privé à votre disposition vous permettra de vivre une aventure qu’il vous aurait été impossible de vivre autrement.

Faites-vous ce cadeau, contactez-moi. Nous discuterons de vos besoins de vos attentes et du genre d’aventure que vous voulez vivre. Un guide privé peut vous permettre de vous aventurer là où vous n’auriez jamais osé vous aventurer seul ou en famille avec vos enfants. Avec un guide privé à votre service sur place pour sécuriser chacun de vos déplacements, chacune de vos activités vous pourrez vous concentrer sur la beauté du lieu en abandonnant la logistique à quelqu’un d’expérimenté qui sera à l’écoute des besoins. Un luxe, certes, mais qui donne tellement de latitude.

Je crois le plus sincèrement du monde qu’un guide privé peut vous permettre de vous envoler où vous voulez !!!!

DSC00794